Mots-clefs

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Livres et BD
Les Ombres 
Hyppolite et Vincent Zabus (Phebus, 2013)
Rares sont les BD qui parlent de l’immigration sur un ton onirique. Et pourtant, celle-ci y arrive avec brio, rendant les émotions sincères et pudiques à la fois, sur la condition d’une famille qui tente le parcours universel des immigrés de tout temps et la recherche d’une meilleure terre. Touchant et déroutant, les textes associés à un graphisme de caractère aux tons aquarelles permettent de rendre avec poésie des émotions difficiles. En laissant de côté le pathos, ce récit critique également les dérives d’une société où l’homme est mécanisé, hypnotisé et exploité mais démonte aussi quelques rouages de ces schémas d’échec avec un humour bien placé. Un ouvrage volumineux de qualité avec couverture dure en papier épais, mais sans tomber dans le luxe inutile : le tout, pour un rapport qualité-prix très modeste (24 euros).
VP
L’Âne et le Loup
Gauthier Piéard et Hervé Roberti (Napodra, 2013)
Les deux auteurs de ce livre illustré nous donnent une nouvelle version des fables d’Esope, grand fabuliste grec qui a largement inspiré Jean de la Fontaine. L’illustration de ce texte est contemporaine, avec un style proche du graffiti puisque Gauthier Piéard est un graffeur que vous pouvez également découvrir en interview dans ce numéro sous le blaze de Saem. Le dessin accompagne avec brio un texte accessible au grand public qui raconte l’histoire d’un âne blessé avec un morceau de bois dans le pied, l’empêchant de marcher. Un loup survient et l’âne pense que sa dernière est heure venue. Pourtant, le loup trouve la prise un peu grosse et fait mine de vouloir lui rendre service… Pour connaître la suite, je vous invite à vous plonger dans cet ouvrage… Bonne lecture !
TBY
La Petite mort
Davy Mourier (Delcourt, 2013)
Papa Mort et maman Mort envoient leur petite Faucheuse se sociabiliser à l’école des humains… Cette comédie délirante et grinçante ne peut que vous interpeller si vous êtes fans d’univers « burtonien ». Le ton toujours décalé réussit à cette BD et l’auteur arrive même à faire rire avec des situations assez basiques. Son personnage en devient attachant malgré un univers noir. Les strips sont efficaces et le rythme des histoires nous tient en haleine même si le trait est simple et parfois gauche. De l’humour noir garanti dans un bel album.
MLB
Psycho Investigateur
Benoît Dahan et Erwan Courbier (Editions Physalis, 2013)
Simon Radius est un psycho investigateur : grâce à une méthode hypnotique, il accède à l’inconscient des patients venant le trouver, puis voyage littéralement dans leurs souvenirs et leurs traumatismes. Appelé pour résoudre des enquêtes grâce à ce don particulier, qui permet de retrouver les coupables mémorisés par les victimes, Simon, sorte de sage innocent, n’en est pas moins tourmenté, jalousé et critiqué. Qu’importe, l’honnêteté et la justice lui tiennent à cœur, quitte à prendre des risques dans ce monde matériel et dans celui de l’esprit également. Une drôle de balade inventive, drôle, dynamique et profonde nous est proposée par ces deux auteurs complices. Ce ne sont pas les personnages caractériels qui manquent, ni l’humour, autour d’un récit dont le fil rouge est celui de la recherche affective. Le graphisme est en osmose avec le sujet, proposant des pages éclatées : le personnage de Simon plongeant visuellement dans les souvenirs est une belle trouvaille. Il s’agit là d’une BD rare et de caractère, traitant d’un sujet moderne dont le ton enjoué la rend abordable pour le grand nombre.
VP
Ma révérence
Lupano et Rodguen (Delcourt, 2013)
Deux perdants, Vincent, mal dans sa peau et dans la société, accompagné de Gaby, un rocker déconcertant, préparent un braquage altruiste. Ils souhaitent quitter la France pour s’installer en Afrique… Les auteurs nous offrent une chronique sociale basée sur des expériences personnelles et leurs réflexions sur une société qu’ils ne cautionnent plus… Le scénario est bien ficelé et le dessin sert à merveille l’histoire, sans fioritures ni d’ajouts inutiles. Le style est limpide et efficace ! Le dessinateur est issu de l’animation et cela se ressent dans le rythme de la BD. Un dernier mot pour dire que la couleur est sobre mais donne à l’action un côté road-movie qui ne peut que vous plaire. Une bonne bande dessinée à lire sans modération.
TBY
Babylone
Zezelj (Mosquito, 2013)
Voici une œuvre originale et de caractère. On peut vraiment parler d’une BD qui peut se lire et se parcourir comme un tableau de peintre, qui se comprend avant tout  en contemplant les cases. Zezelj propose une histoire muette, sans bulles, dans un décor de ville gigantesque qui se voue à un projet de construire une tour aux allures de Babel. Cette œuvre baroque est servie par un dessin puissant en noir et blanc, qui peut faire penser au pochoir par son jeu du noir et blanc, et par un découpage cinématographique prononcé, jouant avec les zooms, les masses, les plans serrés ou larges. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, le livre pourrait plaire même aux personnes ne lisant pas de BD en général car l’essentiel est d’accepter de se plonger dans les images et de suivre le fil narratif qui propose un voyage parlant autant à l’intuition qu’à l’intellect. L’autre avantage est qu’il est difficile de se lasser : les nouvelles lectures exerçant de nouvelles façons de comprendre l’histoire. Les amateurs d’expériences graphiques et artistiques seront ravis.
VP
Trahison. Algérie, été 62
Fawzi Brachemi (Boîte à bulles, 2013)
Oran, juillet 1962… Le jeune Médiene découvre que l’Algérie est animée d’un souffle nouveau lorsque son frère aîné revient à la maison après dix ans d’absence. Jusque-là, il consacrait son temps à jouer et ces retrouvailles familiales sont l’occasion, pour cet enfant de 13 ans, d’entendre le témoignage d’un adulte sur les changements politiques qui s’opèrent dans son pays… Ce récit se concentre sur la période qui s’étale de juillet 1962 à juin 1965. Une BD docu-fiction qui permet de renouer avec cette histoire difficile qui reste assez peu connue car trop politisée. Le trait du dessinateur, bien que simple et parfois maladroit, nous permet d’entrer pleinement dans le récit et d’en apprécier la finesse. Les couleurs sont chaudes comme le soleil d’Algérie en été. Un point positif : le dossier en annexe nous offre des pistes pour continuer nos lectures. Un album de qualité à offrir et à lire.
MLB
L’art se rue 2 – 12 pionniers de l’art urbain en France
Karen Brunel-Lafargue avec un avant-propos de Gérard Zlotykamien (Editions h’Artpon, 2013)
Le siècle dernier a connu une mutation dans sa perception et dans sa pratique de l’art : l’émergence d’artistes se saisissant de la ville comme terrain expérimental de leur art déclenche un phénomène défiant les institutions et le monde de l’art. Avec ce second opus de l’art se rue, douze pionniers de la scène française de l’art urbain nous racontent leur parcours particulier et nous proposent leur regard sur l’évolution d’une pratique devenue mondiale. Karen Brunel-Lafargue réalise dans ce livre de belles interviews d’artistes très différents mais ayant un point commun, celui d’avoir initié une nouvelle pratique artistique. Les images sélectionnées sont pertinentes et nous offrent un panorama assez riche du travail de ces artistes. Un second volume que nous saluons et, bien entendu, que nous ne pouvons que vous conseiller de lire.
TBY
Alphabeatz. Le graffiti en toutes lettres
Woshe (Pyramyd, 2013)
Woshe, artiste de talent et très bon transmetteur de son art, propose aux néophytes de comprendre le langage graphique qui sert aujourd’hui de repère à chaque writer. Pour ce faire, il examine les six voyelles et les vingt consonnes qui composent notre alphabet dans un livre divisé en trois parties : La première retrace la naissance du graffiti et l’émergence du dessin des lettres. La seconde explore les 26 lettres de l’alphabet et toutes les formes existantes y sont expliquées, commentées, décodées. Woshe illustre à merveille cette partie et utilise également d’autres lettrages empruntés aux writers influents de la scène internationale. Enfin, dans la troisième partie, il questionne dix graffeurs contemporains sur leur pratique de la typographie dans leurs créations. Cet ouvrage est essentiel et si vous êtes amateur de lettrage, n’hésitez pas un instant !
TBY
Respect & Love by The Worst Mother Fuckers
123Klan (Ankama, 2013)
Scien et Klor du 123Klan que nous avons interviewés dans ce numéro sortent un artbook d’une qualité graphique exceptionnelle dans le label 619. Vous pouvez découvrir leur vision de l’art avec des exemples de leurs nombreuses productions : vingt ans de graffiti, de créations vectorielles, de designs de streetwear et de toys… Et des stickers ! Plus de 300 pages illustrées à décortiquer si vous aimez les belles images. Ces auteurs issus du milieu graffiti français ont réussi le pari d’associer l’art des rues et le design : bravo ! Cet ouvrage est indispensable à lire et à avoir dans sa bibliothèque : Style is the Message !
TBY
Cubana
Guido Fuga et Lele Vianello, avec une préface de Silvina Pratt (Mosquito, 2011)
Les deux auteurs ont été les assistants et amis d’Hugo Pratt, le grand maître de la BD italienne, lors de la réalisation de ses meilleurs albums. Grâce à la publication de cette BD, ils reprennent un personnage qu’ils avaient créé en commun : le capitaine Cudd, petit frère de Sven (un autre marin, héros de l’Homme des Caraïbes) et lui font vivre une aventure cubaine au moment où les Barbudos, menés par un certain Che, s’agitent dans la forêt. Ce récit d’aventure s’inscrit dans la même veine que les albums de Pratt avec des qualités graphiques évidentes et une narration aussi fluide que riche. Un album qui renoue avec ce qu’il y a de meilleur dans la BD. Une réussite éditoriale qu’il faut soutenir.
TBY
Albums, des histoires dessinées entre ici et ailleurs, bande dessinée et immigration 1913-2013
Sous la dir. de Vincent Marie et Gilles Ollivier (Cité nationale de l’histoire de l’immigration, 2013)
Cette thématique, très peu été étudiée de façon sérieuse, devient enfin un objet d’étude, permettant d’ouvrir le débat à une époque où tout le monde se pose des questions sur son identité. Ce catalogue accompagne l’exposition qui se tient à la Cité Nationale de l’Histoire et de l’immigration à Paris jusqu’au 27 avril 2014. L’ouvrage aborde cette question de manière globale et sur une longue période, mais il est étonnant de constater que la part consacrée aux Américains est bien plus importante que celles des auteurs francophones. Pour le coup, il manque de nombreux scénaristes et dessinateurs qui auraient pu apporter un éclairage sur leur parcours… Mais un choix est souvent restrictif ! Cela n’empêche pas de trouver un intérêt à ce livre, même si on a l’impression qu’il ne met en lumière que les mêmes auteurs que Télérama. Dommage !
MLB
Graffiti school
Christoph Ganter (Pyramyd, 2013)
Nous invitons les amateurs ou les néophytes qui voudraient basculer dans le côté coloré du graffiti à lire cet ouvrage. Les notions théoriques y sont abordées avec pertinence tout comme l’aspect pratique, avec de judicieux conseils. Les recommandations techniques sont intéressantes et vous aideront à bien commencer. Le terrain avant tout ! Toutes les questions de base trouvent des explications claires et intelligibles. L’auteur n’oublie pas l’essentiel : il propose des exercices assortis de leur solution, et il y a même un chapitre destiné aux enseignants qui souhaiteraient intégrer le graffiti à leur pratique éducative. Un must et une idée originale qui apporte de nouvelles perspectives à la vulgarisation de cet art que nous apprécions. Big up !
TBY
Trois pas vers la couleur
Edmond Baudouin et Céline Wagner (Dupuis, 2013)
Un peintre et son modèle, un voyageur, un rêveur perdu dans ses souvenirs sur le quai d’une gare… Ce sont les trois personnages de cette trilogie de l’intime et d’une œuvre qui s’ouvre progressivement à la couleur. Du huis clos de l’atelier du peintre aux quais d’une gare balayés par le vent, Baudouin nous transporte dans son univers autour d’une réflexion libre et poétique sur le sens de la création. Travaillant en noir et blanc jusque dans les années 2000, il s’essaie à la couleur directe pour les récits publiés dans cette intégrale. Cette BD est bien plus qu’un album illustré, c’est une poésie en images qui vous permet de vous évader… Magnifique !
MLB
Stalingrad Khronika
Sylvain Ricard et Franck Bourgeron (Dupuis, 2013)
Une équipe de tournage perdue dans la folie de la guerre est envoyée pour filmer la grandeur de l’armée soviétique en pleine bataille de Stalingrad… Celle-ci est supervisée par Kazimir qui accumule les difficultés et se retrouve confronté au mépris des autorités militaires. Ce brave gars doit également gérer l’ego d’autres personnages tandis que les troupes allemandes bombardent leur position en permanence. Le dessin épuré à l’encre de chine et à la plume permet d’avoir une souplesse dans ce récit picaresque qui montre la guerre avec un visage humain. L’histoire est solide et se laisse lire avec plaisir. Une belle réussite dans la production actuelle !
TBY
Maroc
Harry Gruyaert (Les Éditions Textuel, 2013)
Membre de l’agence Magnum, l’auteur a développé une œuvre exceptionnelle entièrement dédiée à la lumière et à la couleur. Son travail prend la suite des pionniers américains de la photographie couleur que sont Joël Meyerowitz et William Eggleston. Son voyage initiatique, de la Belgique au Maroc en passant par l’Inde et l’Egypte, a permis à ce photographe sensible de capter les subtiles vibrations chromatiques des rivages d’Orient et d’Occident. Sous une construction picturale très structurée, la lumière inonde l’espace et les pages de ce livre consacré au Maroc comme peu de gens ont eu l’occasion de le voir. La simplicité et la chaleur des Marocains dans la vie de tous les jours, avec un grain exceptionnel et une qualité d’image unique. Un chef-d’œuvre !
TBY
Haut les murs ! L’art du collage urbain
Ollystudio (Alternatives, 2013)
Cet ouvrage présente le travail de vingt artistes urbains de renommée internationale, adeptes du collage. Stratégie de communication urbaine, cette technique consiste à coller une œuvre en papier sur un mur, à l’aide d’une colle maison. Le collage urbain, contrairement aux affiches publicitaires, ne vise pas à vendre un produit, mais sert de support artistique à des créateurs qui utilisent la rue comme moyen d’expression. Le livre contient une interview de Sten et Lek mais aussi 20 affiches détachables à reproduire. Dans la production actuelle, ce grand format ne passera pas inaperçu et vous permettra de vous lancer à votre tour. Une belle initiative qui mérite toute notre attention !
TBY
Holy Shriiimp. The Bible, vol. I
Vince Prawns (shriiimp.com, 2013)
Ce premier volume publié par shriiimp.com, spécialisé en body painting, regroupe une sélection de photographies où cet art est mis en valeur avec sensualité. Le choix de l’auteur (et créateur du site) est pertinent car il nous permet de retrouver les différentes manières d’aborder cette pratique sans sombrer dans le vulgaire ou le voyeurisme. Bien au contraire, nous pouvons contempler des muses peintes dans des situations érotiques, humoristiques ou artistiques… Les writers retenus sont des pointures du genre tel que G Kill que nous avons déjà interviewé dans un précédent numéro… Ce n’est pas un livre pour les enfants ni les féministes mais pour les amateurs de body art et de belles femmes. Attention, il n’y a que 1500 exemplaires disponibles !
TBY
Alter ego, tome 3
Pierre-Paul Renders et Efa (Dupuis, 2013)
Noah et Zélia se sont réconciliés malgré leur lourd passé puis ils ont fondé une communauté spirituelle dans les Canaries. Ils sont rejoints par de nombreux adeptes, dont la jeune médium Teehu. De cette île, ils délivrent un message de paix et de tolérance au reste du monde mais, sous des dehors inattaquables, la réalité semble bien moins idyllique. Capable de percevoir les alter ego des gens qu’elle côtoie, Teehu va découvrir en effet que les intentions de Noah, et ses pratiques au sein de la communauté, ne sont pas aussi pures qu’il le prétend… Le troisième volet de cette série tient le lecteur en haleine et ne perd pas de son intensité. Le graphisme est percutant et les relations entre les personnages sont fouillées, avec des dialogues ciselés au scalpel. Un agréable moment de lecture, à condition de se plonger au préalable dans les tomes précédents.
MLB
M.A.R.S
Julien Valnet avec une préface d’Olivier Cachin (Wildproject, 2013)
Jean-Pierre Maéro, photographe et compagnon de route du hip-hop marseillais, est l’auteur du cahier photographique qui annonce la couleur dès les premières pages de ce livre. Le rap marseillais est tout aussi connu que celui de la capitale, il a marqué les esprits et certains groupes issus de cette ville sont devenus incontournables. IAM et la Fonky Family sont certainement les deux groupes emblématiques de la scène marseillaise que ce livre, avec des interviews, des documents et des analyses, explique avec minutie et clarté : Julien Valnet a interviewé plus de 60 acteurs du hip-hop marseillais ! Des premières vibrations (1980-1985) à l’âge de raison (2002-2013), tout est dit dans cet ouvrage didactique et totalement hip-hop !
TBY
Le Front de Seine 1959 – 2013
Thomas Clerc et Lionel Engrand (Alternatives, 2013)
Conçu dès 1959, puis construit entre 1967 et 1989, le Front de Seine est l’un des programmes de rénovation urbaine les plus innovants et ambitieux du Paris des Trente Glorieuses. L’Écrivain Thomas Clerc revisite cet espace avec brio et des textes urbains à souhait tandis que Lionel Engrand, architecte et critique, explicite les enjeux de cette aventure architecturale pour le devenir de paris. Un petit livre simple et efficace que l’on peut lire durant deux voyages dans le métro… La ville est la source d’inspiration des arts urbains et ce haut lieu du Paris moderne a été au début du graffiti un spot incontournable : un peu d’histoire ne fera pas de mal aux amateurs de cet art… et de Paris !
TBY