Rencontre « Graffiti, du dessin à l’action »

La Fédération de l’Art Urbain a été invitée par Taxie Gallery et l’artiste Darco pour co-organiser et animer des tables-rondes au centre d’art urbain Fluctuart, à Paris. Ces rencontres ont été proposées dans le cadre de l’exposition « Sketch, de l’esquisse au graffiti. 30 ans d’histoire du graffiti ». Cette première rencontre portait sur le graffiti et le dessin :  » Avant de peindre ou écrire dans la rue, les graffeurs préparent leur travail en secret. Sur papier, ils dessinent, répètent les gestes et cherchent des nouvelles formes stylistiques. Ces esquisses graphiques ou sketchs sont des bases de travail mais aussi des œuvres à part entière, aux multiples lignes et couleurs. À partir de ces traces écrites, les graffeurs se mettent en mouvement et dessinent dans la ville. Comment passer du papier au mur ? Quelle est la part artistique de ces actions ?  »

Intervenants : Darco (artiste et conseiller scientifique de l’exposition), Tarek Ben Yakhlef (artiste) et Anne Richard (commissaire d’exposition et fondatrice de HEY! modern art & pop culture, commissaire). Modération assurée par l’équipe de la Fédération de l’Art Urbain (Jean Faucheur et Cécile Cloutour)

Interview de Lady Nina

Lady Nina est une artiste italienne vivant dans la région de Rome : elle a commencé à peindre en 2000 et fait partie de cette dernière génération qui a connu une période très florissante et intense dans cette ville. En plus d’être writer, elle est photographe, curatrice et rédactrice en chef du magazine « Burners mag » consacré au graffiti et au hip hop. Un personnage haut en couleur que nous allons découvrir ensemble grâce à cette interview.

Comment as-tu découvert le writing ?

Lady Nina : J’ai découvert le graffiti en me promenant dans ma ville. J’ai appris l’histoire des origines de cette culture à travers les livres que mon père m’apportait des Etats-Unis dans les années 90. J’étais très chanceuse car les documents et les magazines n’étaient pas faciles à trouver.

La suite de l’interview à découvrir dans le numéro 21.


⇒ MERCI DE PRÉCISER à partir de quel numéro (celui en cours de commercialisation ou le prochain) vous souhaitez débuter votre ABONNEMENT. Cela est possible dans la case pour laisser un message lors de la finalisation de la commande. Boutique en ligne : ici.

Vous pouvez payer en ligne (CB sécurisée) OU par CHÈQUE (bancaires et postaux tirés sur des banques françaises) ou BONS ADMINISTRATIFS. Pour les commandes par CHÈQUE (à l’ordre de i.H.H.C.), il vous suffit d’envoyer votre commande sur papier libre (en précisant bien nom, adresse, durée d’abonnement et/ou ancien[s] numéro souhaité[s]) accompagné du règlement par chèque (à l’ordre de i.H.H.C.) à l’adresse suivante :

PARiS TONKAR magazine / iHHC
Service ABONNEMENTS web
Boîte 41
116, avenue du Général Leclerc
75014 PARIS

Ninin : se sentir toujours en voyage à Paris

Episode #9 – Ninin : se sentir toujours en voyage à Paris

Urban Art Podcast

C’est la fin de la saison 1 de Urban Art Podcast. Pour cet épisode spécial, nous n’explorons pas l’art urbain dans une ville étrangère, mais bien à Paris ! Ninin est un artiste argentin installé à Paris depuis 2013. A l’âge de 20 ans, Ninin entame son premier long voyage à Paris, pour s’inspirer et découvrir une nouvelle culture artistique. Dans les rues de Montmartre, le coup de foudre est immédiat. Le jeune artiste décide alors de quitter sa ville natale Córdoba pour vivre de son art à Paris. Après plusieurs mois à vendre ses dessins dans les rues parisiennes, une rencontre va considérablement bouleverser sa démarche artistique…

Urban Art Podcast revient à la rentrée prochaine avec encore plus de nouveautés !

Une création de Laura Barbaray / Musique : Luca Beignet / Illustration : David Miège / Ninin sur Instagram : @ninin_art

Episode #8 – Tarek : sur les traces des masques africains à Kribi

Urban Art Podcast

Graffeur, auteur et scénariste de bande-dessinées, Tarek est un artiste complet qui puise ses inspirations dans le continent africain. Sur les murs comme sur les toiles, il peint des masques, qui possèdent une valeur symbolique très forte en Afrique. En 2016, il est invité par Carole Kvasnevski (Galerie Carole Kvasnevski) à Kribi au Cameroun pour participer à un festival d’art contemporain, avec des artistes locaux. Alors que surviennent des complications, il décide de continuer l’aventure autrement. Il parcourt Kribi pour trouver des murs à peindre… des rencontres inattendues marqueront définitivement sa réflexion autour de la symbolique du masque.

Une création de Laura Barbaray

Musique : Luca Beignet

Illustration : David Miège

Les artistes cités : Rostand Pokam et Simon Binna

Pour soutenir le média, abonnez-vous au podcast sur votre plateforme d’écoute préférée et laissez des commentaires avec des étoiles !