Interview de Richard A. Heckert

Can you introduce yourself in some lines?
I live in Essen, a city in the west of the country, which lived on coal and steel. What remains is a colliery, which is now a UNESCO World Heritage Site. My city is comparable to developments of cities in France. I do part-time jobs to get by and use every free minute to paint and draw. The art is very important for me.

Bild1_TraumAlgorithmus

How would you define your art?
Imagine that your brain is a defective archives and everything breaks down and gets confused. Movies, music, comics, art, literature and everyday life fall into a mental meltdown in which boundaries of the inside condition no longer be separated from outer life.  A panopticon of superlatives in a fast world of moments, which is more fragile than we think. We live restless and without compromise and lose the sense of the essentials out of sight. I try to catch it in my works…

Bild2_T_N_Digitalypse

What are your sources of inspiration?
The aesthetics is inspired by deals with the speed with which the presence radically changed. So many things affect people, change you, change their way to speak, and their thinking. We live in a world that never turned faster than it does today. I see the elderly and I see a young generation and I see myself. I see fears and hopes I don´t want to lose hopes for a better future. My works inspired by internal and external conditions of crisis.  But everybody find a own story without my introduction and thats is more important as all words before.

Bild3_ChemicalCulture

Have you ever used the urban space in your artistic demarche?
I`m from Ruhr area. Here lives 6 million peoples. Urban art has been a subculture here for a long time but urban art is omnipresent here. For the first time I had contact with urban art in the 90s. I remember, I watched as a duo in a parking garage sprayed a fantastic picture. Her technique, her own style and the bright colors didnt´t let me go. I understood that it was the expresseion of my generation and will become more important as a cultural part. No, I never went with the can, but I always keep an eye on urban style whereever I go.

Global_Fast_Bingo_Blast

Your works are very colorful. Do you have a need to put bright colors in our gray world for aesthetic reasons or for deeper reasons?
My addiction to document the modern life in detail, is the joy of nonconformity. Illustrations about the present can be refined by the detail and performed to excess. What looks funny and colorful, is sometimes depressing and frightening at second glance. Behind color dosen´t always have happiness. The message is less important to me than the interaction, and anyone who looks at my pictures find sometimes his own story and more and more details…

LoveTechno_WP

Your projects?
I’m doing an online marketing of my art and it has created a lot of creative energy.

One last word?
All works are hand drawn with Stabilos and aren´t computergraphics. That makes a part of the appeal. The motto of my art is slowing down, tarry, take your time, let’s not rush you and trust your natural abilities.

Sunshinerocketgarden_original

Le site à visiter : http://heckertart.com/

Interview de Rasko

RASKO Graffiti Vandal Street Artist

rasko_graffiti_russia_spraydaily_4

Where do you come from?
Russia.

Why choose Rasko?
Streets gave me this name and it is the best (Still cannot believe)…

It means something?
R – means Real it rocks
A – means Absolutly, form of triangle and best letter by the sound
S – Super Hussler, it strikes! it is graceful as a snake
K – is a Killer!
O – only Original

What is your crews?
No crews, I’m dealin with Hood Husslaz.

Since how many time you write?

I’m writing since 99, maybe some sketches at 98, first photocamera in 2004-2005.

Some of your videos exceed the million of views, how you can explain?
It was a good time and good videos!

What made you want to start?

Dark side music and hiphop, unclear inscriptions of cool people on walls struck me by the mysticism and the dopeness.

copy_0_rasko-graffiti-wall7

8532833022_6d269248f4_z

What are you looking for in your letters?
I try to do them really real, my names have to миять and stun all with the style.

How is the scene writing in Russia?
It’s not growing.

It doesn’t exist for a long time?
Since 98-99.

I heard that street art could be one of the few tools for freedom of expression?
I dunno. I see only lot of people who try to earn money on street art as it is easier to sell it.

Can you explain how easy it is to make money with street art?
To earn money people do the style more sold and clear to all that everyone could understand it. I draw graffiti it what it was for me initially, I’m not strongly informed on earnings on art

Do you tagged for freedom?
Im tagging and writing to promote my style, to make it famous and really cool, and i just like it.

11-Rasko-4-1070x470

Can writing be considered as an American cultural practice?
I dunno, it came to us from Europe mostly.

And in a country like Russia where the two blocs engaged in a cultural war, can we think that writing helps spread a liberal cultural ideology?
The mentality changes, but I don’t see cultural war here. People need only now prosperity and good life, only very few people are interested in liberalism.

The Agitprop used trains to spread the ideas of Marxism-Leninism, how to paint a train now is perceived in Russia?
The painted train gonne be buffed within one day.

11-Rasko-2

It’s easy to write in Russia on street, trains and walls? Specially at Moscow?
In small towns the police can quickly find active artists, and in big, like Moscow, especially nobody does not care, but municipal services paint over drawings within 3 days often. It is quite easy to draw under different bridges and along trainlines.

Do you make exhibition?
No, I don’t do exhibitions yet, but I try to do more works on canvases and in digital format. I trying to learn something new (smile)…

What are your inspirations?
Everything and other graffiti writers.

What are you looking for? your style seems marked by the liquor and proposes its own rhythm apart from the calligraphic canons?
I want to make the style ideal and to change it a little and to develop.

Since how many time you make design for clothes? It’s your mark or mark take your design?
YES all mine, with help of my hustlas from da hood. I began this year and I plan a to release more and improve things for myself and for street guys!

11-Rasko-1

Where we can buy?
rasko1.com

Have you a word for the end?
Thanks for an interviev & Peace and respect to all playaz and graffiti writers wordwide!

5-minutes-avec-Rasko-476

Photographies : © Rasko

Interview de Tee-J PAW / NTM

Celui qui a découvert le terrain de Mouton-Duvernet… Tout comme BOXER, il a su placer ses Tags dans des endroits visibles de tous et qui ont duré malgré les nombreuses campagnes de nettoyage de la mairie de Paris.

TEEJ

En 1984, adolescent, il découvre le graffiti avec le film Beat Street au cinéma, mais ce n’est que trois ans plus tard qu’il commence réellement à pratiquer avec assiduité en compagnie de BANGA, KAY et JOEY. Avant de signer TEEJ, il s’essaye au Tag avec plusieurs autres blazes dont STANLEY et STAN…

« 1984, une mode puis en 1987 un mode de vie… »

À partir de 1987, la ligne de métro 13 est régulièrement visitée par TEEJ qui devient proche de JERK, KAY et TEX des TCG (The Criminal Gang), rencontré dans le XVIIIe, dans le quartier de la Fourche. En compagnie de SAN, il s’occupe de la ligne 6 et peint à Mabillon ou encore à Mouton-Duvernet. Avec ses comparses de la place Clichy, ils « cartonnent » la station Alésia tout comme le dépôt de la ligne 4… À cette époque, TEEJ passe le plus clair de son temps à bomber les rues !

« On a pas mal taggué avec MODE et COLT, surtout quand on allait au Zoopsie… »

Il découvre un terrain vague qui par la suite deviendra mythique pour la scène du graffiti parisien : Mouton-Duvernet, un repère au fond d’une ruelle, garage souterrain abandonné et fréquenté à l’occasion par des Skins…

« En fait, j’ai découvert ce terrain quand je taguais pas encore ! J’avais un pote qui habitait à Alésia et, en bon ado qui se respecte, j’aimais faire deux choses : casser des vitres et faire des feux ! Alors naturellement, il m’a emmené dans ce terrain qui était un parking pas encore terminé et dont le chantier s’était arrêté… Ce qui donnait un côté vraiment underground et sauvage, impeccable plus tard pour le graffe. À l’époque j’habitais Porte de Châtillon et lorsque je me suis mis vraiment à taguer en 87, j’y ai emmené mes premiers potes tagueurs. »

Dans les années 90, il change de vie et arrête d’arpenter le bitume pour poser TEEJ, non sans regret. Il se consacre pleinement aux cours d’art dramatique qu’il suit pour devenir acteur…

TEEJ 1

« Tous les dimanches après-midi, on se retrouvait avec les B-Boys au Bataclan d’Oberkampf. Et un jour BANGA m’a dit que je pouvais taguer PAW (Police Against Writerz) ! C’était ma première consécration car dans PAW, il y avait BANGA mais aussi le regretté BOXER et SHEEK aussi… Enfin que des cartonneurs ! »

Interview de San TRP / 93MC

SAN commence le graffiti en 1984, tout seul, dans sa banlieue bien loin du centre de Paris. Une usine abandonnée à Domont dans le Val d’Oise devient son terrain de jeu où il commence par poser CRAZY MICK (son premier blaze) puis, au bout d’une année, il change de blaze avec SAN, même s’il utilise aussi ODACE, DEMON2 ou encore RISK2. Durant cette période, il peint surtout chez lui et dans la ville voisine puis un jour il décide de se rendre à Paris.

SAN belt suite

Il réalise sa première peinture (lettrage avec un personnage) dans un endroit visible sur la place de la gare de sa ville, plus précisément sur un mur de parking face à un café. À un moment, le propriétaire sort de son établissement pour voir ce qui se passe, SAN a juste le temps de s’esquiver. Il revient plus tard pour terminer son graffe…

SAN throw up wall

« J’étais tout seul les premiers mois, ensuite j’ai fait la connaissance des autres à Stalingrad… »

SAN Louvre

« J’ai peint pendant deux ou trois mois presque tous les jours avec BANDO, dont une fois avec JONONE. »

SAN 2010

« En 1986, j’ai fait des graffes à Athènes puis, en 1987, à Londres, en 1992 à Amsterdam et à Francfort en 1993. »

SAN 6

Les TRP, son premier crew se retrouve régulièrement à Stalingrad avant d’aller peindre : ce lieu est central pour ses membres qui habitent dans des quartiers différents. Durant cette période, ils sont très visibles et partout présents car ils sont éparpillés à Paris et en banlieue, n’hésitant pas à faire des virées en solo la plupart du temps.

SAN 4

« J’ai tout fait pour avoir mes propres styles tout en m’inspirant de Subway art mais aussi de peintres français. J’étais un des premiers à faire de grands graffes en pleine rue, le jour ou la nuit sans autorisation, et aussi sur les voies ferrées (RATP et SNCF). J’ai beaucoup tagué dans les rues, les trains et les métros. Et j’ai peint, à ma connaissance, dans tous les terrains de Paris et de proche banlieue entre 1984 et 1990. »

SAN 3

« Dès que j’arrivais à avoir des bombes et des marqueurs, je passais tout mon temps de libre à peindre et je me suis arrangé pour que ça devienne un temps complet. »

SAN 2

En 1990, SAN arrête de peindre pendant deux ans et ce n’est qu’en 1992, en revoyant GAWKI des FBI, qu’il s’y remet. Celui-ci le fait entrer dans les DLP (Dream Land Painters) et LOC (Lords Of Chaos). En 1993, il participe à un JAM organisé à Francfort avec les DLP. Durant la même période, il commence à peindre avec les futurs HG… De 1984 à aujourd’hui, SAN n’a jamais cessé de peindre à la bombe, à l’exception de ces deux années. En ce sens, il est certainement l’un des plus anciens writers français encore actif avec un style qui s’est renouvelé et toujours aussi élégant.

Revas, pour l’amour du graff

Alors que les crews ALEZ, PRC, DKPEZ, LSA sont déjà ancrés dans le paysage réunionnais dans les années 2000, REVAS découvre le graffiti et explore les maisons abandonnées de l’ouest de l’île en quête d’adrénaline. REVAS du TEA crew est désormais un pionnier pour la nouvelle génération de graffeurs à la Réunion.

Attiré par l’ambiance, l’aventure et sa petite histoire du soir. Il entre sans hésitation dans le mouvement à la recherche de terrains inconnus, difficiles d’accès pour investir des lieux vierges en graffiti.

REVAS : « Des expéditions qui parfois sont hasardeuses et difficiles d’accès, à cause du matériel, de la chaleur ou encore des bois épineux. MAIS ça vaut le détour. »

LA PETITE HISTOIRE

R : « Un plan qui à la base devait se passer tranquillement, comme sur des roulettes qui s’est terminé en course-poursuite avec le propriétaire, ses amis et son fusil, le long d’une autoroute, c’était une sacrée expédition ! »

VANDALE UN JOUR, VANDALE TOUJOURS

R : «  Tant que le mouvement et que ma passion me procure du plaisir, j’espère continuer à peindre et pourquoi pas être toujours là dans 40 ans. Papi et encore en place ! Le côté engagé dans la recherche d’un mur inconnu du public ou faire des fresques entre amis me prend déjà pas mal de temps, donc m’exposer en galerie n’est pas à l’ordre du jour. »

SON POINT DE VUE SUR L’ÉVOLUTION DU GRAFF À LA RÉUNION

R : « Le graffiti à la Réunion connaît des pics d’activités et des moments de relâchement dû au coût du matériel qui reste toujours aussi cher. D’un point de vue mondial, difficile de constater l’évolution de notre petit caillou mais le côté artistique urbain a pris beaucoup d’ampleur. »

DÉDICACE

R : « Je souhaite remercier et passer un gros big up à mon entourage et toutes les personnes que j’ai pu rencontrer durant ces dernières années. »

Influencé par la diversité de son crew, du graffiti réunionnais et de ses voyages, il profite de ses connexions locales, nationales et européennes pour vivre sa passion qui est la peinture et rêve de développer des projets graffitis à des fins humanitaires dans les pays en difficulté.