Où trouver Paris Tonkar magazine #20 ?

Vous pouvez télécharger la liste des points de vente en France du magazine en cliquant ici : Fichier des points de vente.

Paris Tonkar, c’est la référence du graffiti et du street art depuis 1991. Magazine associatif 100 % indépendant (des galeries notamment) ! Le numéro 20 débarque en mode « International » SPÉCIAL RUSSiE avec une NOUVELLE FORMULE optimisée depuis quelques numéros. 100 pages quadrichromie et un sommaire international imposant (Russie, Allemagne, Hollande, France…), RASKO réalisant son impressionnante couverture comme pour marquer le coup de la profusion de writers qui existe en ex-URSS !

Paris Tonkar magazine

⇒ MERCI DE PRÉCISER à partir de quel numéro (celui en cours de commercialisation ou le prochain) vous souhaitez débuter votre ABONNEMENT. Cela est possible dans la case pour laisser un message lors de la finalisation de la commande.

Boutique en ligne : ici.

Vous pouvez payer en ligne (CB sécurisée) OU par CHÈQUE (bancaires et postaux tirés sur des banques françaises) ou BONS ADMINISTRATIFS.

Pour les commandes par CHÈQUE (à l’ordre de i.H.H.C.), il vous suffit d’envoyer votre commande sur papier libre (en précisant bien nom, adresse, durée d’abonnement et/ou ancien[s] numéro souhaité[s]) accompagné du règlement par chèque (à l’ordre de i.H.H.C.) à l’adresse suivante :

PARiS TONKAR magazine / iHHC
Service ABONNEMENTS web
Boîte 41
116, avenue du Général Leclerc
75014 PARIS

YZ est à Dédale

Dédale, la galerie éphémère d’arts urbains située à Vannes en Bretagne, accueille actuellement en résidence, la célèbre Street Artiste YZ, créatrice du dernier visage de la Marianne, intitulée « l’Engagée ». Il s’agit de la trentième à orner les timbres postaux. Son œuvre à Dédale, comme toutes les autres, une représentation magistrale  qui interroge sur l’identité et le patrimoine culturels transmis par les femmes sera aussi détruite fin 2020. Pas étonnant que la dernière Marianne des timbres postaux se nomme l’engagée, YZ actuellement en résidence à Dédale est une artiste engagée à l’intuition guidée par une envie d’humanité.
Dans la galerie d’Arts Urbains, sa pièce s’intitule, « Empress Zarha », portrait d’une femme Amazigh qui interroge sur l’identité culturelle et le patrimoine. La mondialisation et la libéralisation économique ont pour effet notamment une standardisation des codes vestimentaires aux quatre coins de la planète. Or les cultures locales, en musique, danse et gastronomie notamment, doivent continuer de nous inspirer et de créer l’originalité. YZ fait naitre l’ambiance d’une ville fortifiée marocaine à l’est d’Agadir, Taroudant.