Archives Graffiti 974

Un nouveau compte instagram s’est lancé il y a quelques mois. Objectif : publier des photos d’archives de tag et graffiti de La Réunion !

Un compte qui a « popé » après les festivals de graffiti et street-art de l’île. Créé par un jeune passionné et graffeur admiratif des anciens tels que SORGA, JACE, PTM, EKO, 3GC … qu’il a gardé précieusement dans son smartphone !

Une mine d’or pour les plus anciens du graffiti et une précieuse « iconothèque » pour les jeunes qui s’intéressent au graffiti.

Découvrez le compte sur le lien suivant : https://www.instagram.com/zarchiv_graff_974/

Zarchiv Graff 974

Tag city, l’origine du tag

Ce documentaire vous révèle le secret le mieux gardé de l’histoire du tag. Tout le monde sait que New York est le berceau du Hip Hop. La ville qui a su regrouper les quatre disciplines en un mouvement totalement unique dans l’histoire mondiale de l’art.

Mais qui connaît la véritable naissance du tag moderne ? Né à Philadelphie, le tag tel que nous le connaissons a été inventé par Cornbread dans les années 60. Presque 10 ans avant New York, cette ville a su donner au tag ses lettres de noblesse et continue à être la grande sœur badass qui n’a de leçon à recevoir de personne. Son histoire est unique. Son style est unique.
Ce documentaire amateur et en anglais, fait par les acteurs même de cette histoire, est un incontournable pour qui veut comprendre d’où vient vraiment le tag, pour qui veut connaître ses origines, malheureusement inconnues du grand public. 

Visible sur : https://payhip.com/b/mRpL


⇒ MERCI DE PRÉCISER à partir de quel numéro (celui en cours de commercialisation ou le prochain) vous souhaitez débuter votre ABONNEMENT. Cela est possible dans la case pour laisser un message lors de la finalisation de la commande. Boutique en ligne : ici.

Vous pouvez payer en ligne (CB sécurisée) OU par CHÈQUE (bancaires et postaux tirés sur des banques françaises) ou BONS ADMINISTRATIFS. Pour les commandes par CHÈQUE (à l’ordre de i.H.H.C.), il vous suffit d’envoyer votre commande sur papier libre (en précisant bien nom, adresse, durée d’abonnement et/ou ancien[s] numéro souhaité[s]) accompagné du règlement par chèque (à l’ordre de i.H.H.C.) à l’adresse suivante :

PARiS TONKAR magazine / iHHC
Service ABONNEMENTS web
Boîte 41
116, avenue du Général Leclerc
75014 PARIS

M. Wassup’s making of

Some of us travel with a watercolor book to sketch the world with the tip of the brush, but others sketches it with the caps on subways, and walls. Wassup book of travels is all over his Instagram account, a day to day journey printed on plane tickets like a collection. Although it seems to be a travel book, it is also an artistic issue.

I am under the impression that we are experiencing vacations for months, they started like six months ago in March everything is lasting like August only too long. Lockdown had me tackled my articles through the unfamiliar of some Youtube, or Instagram accounts from writers around the world. At the ends of the earth impossible to travel to when Schengen was closed, and now that we are almost free but not totally. I am about to say again: yes it is disorienting to scroll Instagram writers’accounts from Miami to Jakarta. I see myself watching a 1up short movie painting a subway in Berlin under climes penetrated by flashes of fireworks, people were stunned. I also see myself watching photos of Kivi’s of the beach of Odessa, or San’s photos of Honolulu. Those photos are not only important because they refer to something essential when the distance offers the possibility. Those accounts provide for action photos, live atmosphere, portrait.

Among them, you have M.Wassup’s account, with block letters LOVE through Europe, Asia, or South America. Some pictures show letters on various trains from Italy, Germany, Swedish, and boats from Bali, graceful under Indonesian climes, where the shadows of the palm leaf stripe the colors spread out to the walls. Most of the photos which gather information about it seem to be jealously preserved from intrusive eyes. Like his letters on a train in Sao Paulo, drooped, we get to see very little, more a panoramic picture of the city, gloomy comment. Or the ones on Moscovite subway where we get the perfect head of the machine breaking off the convergence lines with its tubular box. Wassup creates a mysterious atmosphere out of his letters.

Enigmas ruptured that Wassup seems to prefer to maintain with poetic intervals (the study of the creative process). Pixels spout out of the scintillation of a wire wheel machine bumping into a subway door. A cloud of paint only visible because of a light bulb glistening inside a tunnel somewhere in the world. Those photos limit how we perceive the work to introduce the process of creation. They free the paint from the “esthesis” (how we perceive the work) of a frontal camera angle, it looks despotic, upon its throne. Just like an anamorphosis, those camera angles create a new perspective where the blue of the sky plays with the obscurity of the metropolitan labyrinth, where the horizon of the sun breaks those of the tiles of its stations. The look of a female spectator wearing or not a bikini, it abolishes the dryness of a picture purely informative. They put the paint in context, and they tell what was going on during the creative process, they make it alive.

Poetry intensifies these camera angles where sometimes we see the painters go through by narrow entries, some verticals dizzying tubes, some never-ending ways along the railways, forbidden support like an excellent fruit…those pictures to seize those attitudes calculating the space and the time parameters to measure their work comparing them to the excessiveness of the big cities and their complexity, capturing the gestures of the painting bigger due to the length of the work, imposing, on enormous support as well; prominent ride horse onto the head of that big iron horse resting under surveillance inside its underground stable; and the last shots of the getaway blocked; we could think that the process of creation could end up here. Coming out of that improvised workshop, where the day to day life seems to be put on hold. But the air of the surface can not announce the end of the act of the interventionism of the artists from the 70s and the beginning of everyday life again.

The air puts its continuity together, the logical sequel of the process of creation which feed itself from life, one you can not lockdown inside the claustrophobic atmosphere of the studio. The set of pictures which are defined as the unusual Wassup’s travel book could be taken along a coastal path, the curve of a craggy road, a private parking lot. That making of which is not affordable to any passenger or walker who then becomes a spectator is not just a bonus. It gives life to the painting by revealing all the performative process, the complexity of the painter’s context. They reveal the evolutionism of the modification the painter made. The piece of work does not spout spontaneously anymore on the support as a creationist act it elaborates in life. The ordinary which feeds the painting, which takes possession of the man, and alters by its presence. By replacing the usual nobility repository of the frame to use it as a support, could we consider that the transposition of the alteration paint announces the desire to honor the daily?

Find him on Instagram: https://www.instagram.com/mr.wassup/?hl=de

Translation by Sarah Gozzi.

Les fameuses vidéos des 1UP

1UP paris tonkar 4
YouTube Aggro. TV

Que faire pendant le confinement, ou que ne pas faire, telle est la nouvelle question que tout le monde se pose. Souvent il nous arrive de regarder sur notre autorisation dérogatoire pour savoir si nous avons le droit ou pas de faire des choses auxquelles nous avons répondu de façon tout aussi shakespearienne que nous étaient venues nos questions. Et comme nos possibilités ont été réduites, elles sont venues nous dire qu’elles s’en vont, les choses auxquelles nous avions pensé, alors il nous arrive de regarder You Tube, des fois, voire très souvent ces derniers temps. Et tandis que je regardais les stories d’Arthur-vlog-streetart, car parfois il m’arrive de regarder ses stories, surtout quand je fais semblant de travailler, assise devant l’ordinateur. Il se trouve que ses stories abordaient le sujet des vidéos des 1Up. Et là ! je me suis dit que je ne pouvais pas écrire un article sur les vidéos de Bamcontent (publié ce vendredi 24 avril) et ne pas en faire un sur les 1Up. Leurs vidéos vous donnent le smile même quand vous avez perdu votre chien au bout de 17 ans de vie commune. Alors les regarder pendant le confinement me semblait tout indiqué. Par ailleurs d’étonnantes études très sérieuses à ce sujet prouvent qu’elles luttent contre la dépression hivernale grâce à leur teneur élevée en sérotonine. Ils n’ont pas parlé de l’adrénaline qu’elles contiennent, mais elles seraient aussi un atout minceur selon d’autres sérieuses études sur les bienfaits de l’adrénaline pour brûler des calories.

1UP paris tonkar 3
YouTube AGGRO.TV

Je les connais par cœur comme un hit du top 50 une poésie de Baudelaire (ça fait plus intello intellectuel tout de suite), il y a celle avec les drones en Grèce, celle avec les 1UP en couleur dans la ville la nuit, en Grèce, le whole car à quai du nouvel an à Berlin avec les feux d’artifices en background, celle à Bali avec la musique qui va bien avec, celle la nuit à Berlin qui inspirerait une collection de tags dans les laveries automatiques à n’importe qui, et d’autres à découvrir et redécouvrir. Mais ne les déshabillez pas trop, surtout la nuit, si vous les découvrez elle risquent d’avoir un peu froid en ce moment. Vous connaissez le vieux dicton français bientôt désuet grâce à cause du réchauffement climatique : en avril ne te découvre pas d’un fil, ça vaut aussi pour les vidéos je pense. 

1UP paris tonkar 2
YouTuber AGGRO.TV

Entre une série de squats, 300 longueurs dans la piscine (quoi vous n’avez pas de piscine ?), ou pendant les 30 minutes de file d’attente au supermarché, on peut à loisir découvrir visionner les vidéos des 1UP.

1UP paris tonkar 1
YouTube AGGRO.TV

Le YouTube de Bamcontent

bamcontent paris tonkar 7
IGTV Bamcontent

Nombreux sont ceux qui ont vu leurs premiers jours de vacances covidiennes se transformer en cauchemar à partir du moment où : 

  • Ils n’ont pas trouvé de maillot de bain dans les supermarchés, alors qu’il fait 26°, ce qui lui confère de facto un statut de produit de première nécessité.
  • Ils n’ont plus les bonnes couleurs pour faire des panels comme dans leur rêves, sur leurs sketchs.
  • Ils ne vont pas citer leurs inavouables nouvelles activités : tricot, bingo, cuisine moléculaire, pastis et pétanque comme à Marseille.
  • Ils ont pensé poster une photo pour le pillow challenge. Cet étrange challenge consistant depuis que les boutiques de vêtements sont fermées, à s’habiller avec un cousin maintenu par une ceinture, ce qui nous fait penser et dire pour ceux qui l’osent : “ les temps sont définitivement bien sombres ”
  • Ils ont vu leurs amis follower des pages d’escorts de pots de confiture ukrainienne, selon certaines sources, il semble qu’il y ait une pépinière à pots de confiture dans cette région du monde. Ou encore de profs autrichiens de fitness (j’écris autrichien, mais ça pourrait très bien être ukrainien… ou pas). 
  • Ils se sont même mis à partager en message privé des photos de yogistes déformant souplement leur corps, des photos de lapins de trois semaines, ou encore de bébés chats sans poils. 

Peu sont ceux qui peuvent affirmer : “nous sommes resté les mêmes, non nous n’avons pas changé”. Surtout quand vous avez vu vos amis cesser de soutenir l’architecture du bâtiment dans le hall. D’ailleurs peu s’en est fallu que la cité s’effondre, et ça en a tellement effrayé certains, qu’ils étaient déjà en train de téléphoner à leur assurance. Et pour quelles raisons ont-ils déserté le ter-ter ? Nous avons mené l’enquête et découvert qu’ils font tout simplement des baghrirs, ces délicieuses petites crêpes maghrébines à mille trous qu’on mange avec un peu de miel chaud, avec leurs mamans. Qui pourrait leur reprocher ? Ils ont certes laissé tout un pan du marché parallèle en suspens et plusieurs centaines de milliers de consommateurs se sont rués sur le triclo pour pallier le manque de THC. Mais cela a ravi le cours du K2R, ainsi que ces mamans qui peut profiter d’un peu de temps avec leurs fils. Et non je ne dis pas que tous les vendeurs de shit sont marocains, je suis sûre qu’on trouve aussi des tunisiens.

A partir de ce moment là nous pouvons nous dire que nous avons effectivement tout vu pendant ce Covid.

bamcontent paris tonkar 6
Instagram Bamcontent

Oui le Covid est une bien étrange chose survenue dans notre quotidien et, entre deux pages de pôle danseuses (envoyé en message privé à notre meilleur toy friend), depuis qu’on peut plus sortir dehors sans avoir rempli une autorisation dérogatoire de sortie du domicile, on se surprend à bencher sur Instagram. 

bamcontent paris tonkar 1
YouTube Bamcontent

C’est ainsi que j’ai découvert le YouTube de Bamcontent. Je sais bien ce que vous vous dites à ce moment précis, mais non c’est pas en regardant une page de pot de confiture italien tatoué, en bikini et les cheveux teint en bleu que j’ai découvert le YouTube de Bamcontent. Je cherchais juste un panel, comme n’importe quel writer attendant sur un banc son train, l’appareil photo à le téléphone dans la main. Je n’ai jamais trouvé le panel, un peu comme quand nous attendons trois jours un train qui ne vient pas car il est sur une autre ligne ou au buff. Et c’est aussi ainsi que j’ai tout regardé, un peu comme quand on voit passer les trains de tout le monde sauf le sien. 

bamcontent paris tonkar 4
YouTube Bamcontent

Même si je n’ai pas trouvé le panel que je cherchais, j’ai trouvé in fine d’autres panels et murs peints montés sur un fond musical allant du rap à la techno en passant par ce qui s’apparente à de la variété russe. Cela m’a changé des strip-teaseuses pots de confiture ou de Nutella, likés par 139 453, ou même si c’est juste 185 quoiqu’il arrive ça dépayse son internaute. C’était assez intéressant pour en faire un article pour Paris Tonkar, alors j’en ai fait un article. Donc si vous en avez assez du pillow challenge, que vous ne savez plus quoi regarder sur Netflix, vous pouvez toujours avec votre pot de crème glacée noix de macadamia et nougat, regarder comment on fait des lettres cyrilliques ou latines à Moscou.

bamcontent paris tonkar 5
Instagram Bamcontent

YouTube de Bamcontent : https://www.youtube.com/channel/Bamcontent