« Movimiento » par Kenor

Depuis une quinzaine d’années l’artiste Kenor enchaine exposition et fresques monumentales à travers le monde. L’influence des peintres de XX ème siècle croise sans cesse sa pratique du mural urbain. Ses œuvres doivent beaucoup à son ardente énergie spontanée mais également à une construction élaborée. Son style accorde une grande valeur à la couleur, moteur essentielle de son travail.

dossier-de-presse-kenor-b

Au fil des années, Il expérimente peu à peu la dynamique de cette ligne originelle tracée à l’aérosol sur un mur délabré. Cette ligne, qu’il utilise sur ses toiles comme transfiguration du rythme et du mouvement. La danse et la musique sont, en effet, des éléments indissociables de son travail. Et l’on peut dire que ses œuvres, toiles ou sculptures sont, une incessante quête de la meilleure traduction possible d’un moment musical qui à pour but de transmettre une pulsion positive du monde.

kenor-flyer-sq20-web2

Vernissage « Spoilt Kingdom » Jon Fox

flyer_expo_201605

Les peintures de l’artiste britannique Jon Fox sont la retranscription de ses questionnements fondamentaux. Ses œuvres sont élaborées dans un style symbolique, narratif, très inspiré de la composition telle que l’on peut les découvrir sur les estampes japonaises traditionnelles, ses personnages proviennent des mangas et autres dessins animés (Tex Avery) qui ont bercé son adolescence autant que le hip-hop et le graffiti.

Ses œuvres sont à la fois visions, méditations, rêves, dénonciation, empathie avec un monde où la ruine de la nature est orchestrée par celui-là même qui doit la préserver. Jon Fox nous propose à l’occasion de cette toute première exposition parisienne une série de 9 toiles et 9 dessins.

Une œuvre où cohabitent la poésie, la délicatesse, la destruction et la construction. À l’instar de ce que produit l’esprit humain, « Spoilt Kingdom » est une rêverie contemporaine, une introspection au sens du «promeneur solitaire », sur les rapports que l’homme entretient avec la nature. Un regard lucide sur le monde où, enfer et paradis terrestres s’entremêlent.

Texte: Eriklo

Galerie Celal

45, RUE ST HONORE – 75001 PARIS

Graphic Surgery : « Increment »

L’inspiration des Graphic Surgery, le duo hollandais constitué d’Erris Huigens (1978) et Gysbert Zijlstra (1978), vient avant tout du paysage urbain et industriel, en particulier du caractère fonctionnel des structures métalliques, des échafaudages et des grues. Ils sont fascinés par la nature de ces éléments qui, à l’origine, ne sont pas conçus pour être esthétiques. La grue, élément clé du vocabulaire des Graphic Surgery devient, entre leurs mains, symbole universel de la transformation des villes.

PRICELIST_INCREMENT_French

« Incrément » est un terme mathématique qui correspond à un nombre ou à une quantité que l’on additionne à chaque phase de l’élaboration d’un processus. En contraste avec leurs précédentes réalisations, collages ou peintures murales, qui contenaient une certaine dimensionnalité, cette nouvelle série des Graphic Surgery intègre la perception de la profondeur, inévitable développement à l’évolution de leur travail. Le duo l’expérimente par l’échantillonnage de géométries et compositions linéaires, sur papier ou bois, combinant le savoir faire manuel aux techniques plus contemporaines, à l’instar de la découpe laser. En réagençant intuitivement ces formes, les unes au dessus des autres, ils créent de nouveaux reliefs. Il ne s’agit pas ici de troisième dimension, mais plutôt d’une perception de la profondeur, construite à partir de formes d’incréments à deux dimensions.

PRICELIST_INCREMENT_French5

Graphic Surgery « Increment »

Du 21 Janvier au 20 Février 2016
Galerie Celal
45, rue Saint-Honoré
75001 Paris

Tomek « Accident »

FLYER_WEB3

Les fondamentaux du travail de Tomek  se situent  depuis toujours, dans la pratique du tag. Fil conducteur, le Tag surgit, s’emmêle, se déploie, s’enroule, sert  à la fois de fond et de sujet, comme révélé  par le cadre et la transparence du verre qui l’abrite. Première exposition personnelle de l’artiste, « Accident » ou l’art de la non répétition, nait de la gestuelle particulière de l’artiste qui nous amène, par paliers,  à découvrir la richesse du vocabulaire qui l’anime.