Mots-clefs

, , , , ,

Lors d’un déplacement à Toulouse , j’ai eu le plaisir de rencontrer Angélique, créatrice d’une ligne de vêtements pour enfants. Elle m’a alors parlé de sa marque et de son souhait de créer une collection graffiti que je vous propose de découvrir.

Funtastik est une marque française de vêtements pour enfants de 3 à 10 ans, qui s’inscrit dans une démarche  éco-responsable. Sa devise : bio…écolo… mais surtout rigolo ! Les visuels, imprimés sur des T-shirts 100% bio sont là pour donner le sourire, autant aux adultes qu’aux enfants.

Soucieuse du bien-être des funtasti’kids, la marque fait le choix du coton 100% biologique en choisissant un fournisseur textile qui s’engage dans une authentique démarche de développement durable et ce tout au long de la chaîne d’approvisionnement. Affilié à la Fairwear Foundation, son fournisseur détient les certifications aux standards les plus élevés comme GOTS et Oeko-Tex, afin de garantir l’aspect biologique du coton, l’absence de substances toxiques et la responsabilité sociétale des confectionneurs. De plus, les impressions textiles sont certifiées Oeko-Tex afin de garantir l’exemption de substances nocives.

Funtastik se soucie aussi du bien-être des enfants dans le monde et a choisi de faire don d’une partie de ses bénéfices à une ONG, Humanium, qui lutte contre la violation des droits des enfants. Face aux monstres de l’industrie textile, leur démarche s’inscrit dans une production qualitative, en prônant la créativité et l’authenticité, plutôt qu’une production quantitative. Après le lancement de sa première collection, et dans le but d’apporter encore plus d’originalité, la marque lancera chaque année une collection « capsule » en collaboration avec des artistes de différents milieux.

Comment t’es venue l’idée de créer une marque de vêtements pour enfants ? 
A.B. : Durant mes études de styliste modéliste, l’univers de l’enfant m’attirait déjà énormément. J’affectionne la possibilité de pouvoir créer des visuels ou des vêtements colorés et amusants et même si je conçois qu’il est possible de le faire chez les adultes, les possibilités me semblent tellement plus variées chez les enfants. Et le fait d’être moi même mère de deux enfants, ce fût une évidence de lancer une ligne pour eux. D’autre part, j’avais parfois du mal à trouver ce que je souhaitais pour mes enfants en terme de vêtements : trop classique (je suis pas addict des tenues du dimanche) trop commercial ( un dessin animé cartonne et on en retrouve partout sur les fringues) trop cliché (une fille doit avoir du rose avec des fleurs et les garçons du bleu avec des camions ).
J’exagère un peu, mais je pense que je ne suis pas la seule parent à ressentir ça.
Voilà les raisons pour lesquelles Funtastik existe aujourd’hui.

T’orienter vers des produits « bio » c’était vraiment important pour toi ?
A.B. : Oui c’est très important pour moi. L’engagement écologique n’est plus qu’une question de valeur ou d’opinion. Aujourd’hui c’est une nécessité. Les enfants sont notre avenir. Il était donc logique pour moi de leur apporter des vêtements dignes d’eux, respectueux de la planète que l’on va leur laisser. Comme tu le dis un peu plus haut, j’ai fait le choix d’un fournisseur textile qui s’engage de manière éthique. Je ne voulais pas distribuer des vêtements conçus dans des conditions inhumaines comme par exemple par des enfants.

Je vois que Funtastik reverse une partie de ses bénéfices à une ONG , peux tu m’en dire plus ? 
A.B : En plus de ma démarche éco-responsable, et comme je te le disais précédemment, trop d’enfants travaillent dans des usines de confection textile et même dans d’autres secteurs. Faisant personnellement des dons à des ONG, je souhaitais faire de même au niveau de mon entreprise.
J’ai fait le choix d’Humanium car ils œuvrent sur la protection de l’enfance dans le monde.
Nos conditions en France sont plus qu’honorables. J’ai donc préféré réduire mon chiffre d’affaires afin que des enfants dans le monde aient accès à l’éducation et à de meilleures conditions de vie. Par cette démarche, j’espère qu’il y aura une prise de conscience des consommateurs sur les réels problèmes de l’industrie textile. Par la suite, je souhaiterais mettre en place des actions entre Humanium et Funtastik.
Nous en sommes en discussion pour le moment.

Tu lances une collection graffiti, comment t’es venue l’idée ?
A.B. : Je souhaitais apporter une touche artistique à ma marque par le biais d’une collection. Le graffiti est un milieu que j’affectionne particulièrement. Je sais que de nombreuses marques surfent sur la tendance du street art et du graffiti. Ne m’inscrivant pas dans cette démarche d’ « opportuniste », mon idée est de collaborer avec des artistes, plutôt qu avec un mouvement artistique qui a le vent en poupe.
Ayant quelques contacts dans le milieu, la collection graffiti a semblé être une évidence !

Sur quels critères t’es-tu basé pour choisir les artistes ?
A.B. : Mon premier critère était tout simplement que leurs styles graphiques soient adaptées à l’univers des enfants. Ensuite, afin d’apporter de la légitimité, j’ai fait le choix d’artistes reconnus dans le milieu du graffiti. Le choix s’est aussi fait grâce a de belles rencontres. J’ai eu l’occasion de rencontrer can2 à Lisbonne lors d’une jam l’an dernier ainsi que Snake. J’ai découvert Fezat lors d une de ces tournées européennes et un arrêt ds notre belle ville rose. Concernant sane2 c’est lors de sa venue à une convention de tatoo à Toulouse que j’ai pu apprécier son art ! J’ai hâte de pouvoir rencontrer Swet car c’est lui en personne qui m’a contacté pour collaborer sur cette collection. Le feeling et l’entente on fait ce qui est proposé aujourd’hui via cette capsule .

Par la suite, compte tu a nouveau collaborer avec des graffeurs ou ce n’était que pour cette collection ?
A.B. : On ne sait pas ce que l avenir nous réserve ! Mais pour te répondre, je souhaite par la suite collaborer avec d’autres milieux artistes, afin que chaque collection capsule offre aux enfants d’autres styles, mais dans quelques années, je serais ravie d’en refaire une autre car la première est déjà très réussie !

can2 boy

Pour cette première édition, Funtastik s’entoure d’artistes graffeurs de renom : CAN2 ( Allemagne),SWET (Danemark), SNAKE ( France), SANE2 ( France) et FEZAT ( Canada) s’associent à la marque afin de proposer des visuels pour nos enfants. 

CAN2 :
Né en 1970 à Mayence ( Allemagne), CANTWO est un graffeur de la première heure et internationalement renommé sur la scène graffiti. Dès sept ans, CANTWO ressent le besoin d’embellir ses livres et ses bancs d’école, qu’il customise avec ses propres illustrations. Il fait ses premières expériences à la bombe en 1983 dans sa ville natale, Mayence, avant de suivre une formation intensive de dessin (sur papier), avec marqueurs et encre de chine. Puis, son attirance pour les espaces urbains, les grands caractères et les murs, devient trop forte. Depuis 1986, CANTWO laisse des graffitis dans de nombreuses villes à travers le monde (New-York, Paris, Copenhague, Barcelone, Rome, etc.). Depuis les années 1990, CANTWO est un avant-gardiste de la scène graffiti allemande et européenne. Son style a influencé de nombreux artistes et il est encore aujourd’hui sur le devant de la scène.
http://www.cantwo.de

SNAKE :
Snake est un artiste autodidacte depuis le début des années 90.
C’est en 1989 qu’il commença à surfer sur diverses disciplines urbaines de la culture Hip-Hop, danse et graffiti dans lequel il a trouvé une véritable racine artistique et humaine. Très vite il se consacra exclusivement en 1990 au dessin dans lequel il a toujours été a l’aise depuis son enfance.Les tables du lycée furent ses premières victimes. Pluridisciplinaire et touche à tout il pratiqua toutes les disciplines et formes du Graffiti, du plus technique au plus vandale… Le désir de rencontres et de découvertes spécifiques au graffiti, lui a permis de voyager à travers le monde:Espagne, Italie, Suisse, Belgique, Allemagne, Hollande, Pologne, Tchécoslovaquie, Polynésie, Croatie, Etats unis, Maroc, Tunisie, Portugal, Royaume Uni, etc… C’est en 1996 que la justice le rattrapa, suite à plusieurs amendes sévères, il écopera de 3 mois fermes pour acte de vandalisme sur train.
Aujourd’hui Snake travaille divers projets sous-diverses formes, avec de grandes collaborations institutionnelles. Il garde intacte une vraie volonté de travailler l’architecture de la lettre. Démontrer que celle-ci n’est pas juste une forme aléatoire, mais bien une approche artistique moderne stylistique qui s’exprime et se définit  dans l’efficacité de sa forme et de sa pureté. Adepte des grandes surfaces Snake a su développer un vrai sens professionnel pour les projets de grandes envergures.

Sa philosophie : « Ma vision est que la transformation de la ville passe par l’artistique ce qui va permettre de changer le rapport aux autres et a l’environnement urbain.
La véritable transfiguration de la ville du futur ne passera pas par la construction de grandes tours, mais par le regard différent que porteront les gens sur leur espace vital. Cela signifie mettre en valeur des endroits qui existent, mais que les gens ne perçoivent plus dans leur quotidien. Le but est d’extirper à ce territoire différentes thématiques à partir desquelles il est possible d’écrire une histoire.
Snake aujourd’hui se nourrit de son histoire urbaine, pour la réinjecter dans l’espace public afin de changer les points de vue puisque notre territoire n’est plus utilisé en tant qu’objet, mais aussi en tant que sujet. La culture, l’urbanisme, l’architecture doivent offrir les moyens aux artistes de se réapproprier l’espace urbain.
L’objectif étant bien sûr de faire parler de celui-ci pour transmettre, éveiller, rajeunir et moderniser nos lieux de vies communs par la création. »
Sans cesse en remise en question avec une soif d’apprendre, c’est aussi dans l’intimité de l’atelier que Snake assouvit sa créativité travaillant sur la colonne vertébrale du Graffiti, la lettre ou le message peuvent ainsi fusionner dans une approche plus contemporaine.
www.snakegraffiti.com

SANE2 :
Né en 1976 et depuis tout petit, SANE2 passe des heures à dessiner au bout de sa table comme un autiste. Il rencontre le graffiti par pur hasard en 1992 en feuilletant un fanzine (Magazine papier noir et blanc photocopié) A cette époque il est au collège et est complètement fasciné par ce nouveau mode d’expression. La culture HipHop arrive en France comme un véritable “coup de frais” loin des clichés actuels, elle est un souffle positif pour toute une partie de la jeunesse.
Le voilà donc parti, gonflé par cette soif d’interdits, à vandaliser les rues de sa ville en bon sauvageon qui se respecte, pendant quelques années. Je découvre par la suite le livre “SPRAYCAN ART” qui devient et reste encore aujourd’hui pour lui LA référence historique en matière de graffiti avec quelques autres ouvrages. Il décide d’y consacrer toute mon énergie en 1997 et investi de plus en plus de temps dans cette passion, qui, au fil de temps, devient un véritable mode de vie. En 2000, après avoir créé une base de données spécialisée graffiti sur internet, arrive le temps de la professionnalisation et il crée avec 2 collègues l’association AERO. Mise en place d’ateliers et autres décorations pour particuliers, entreprises et collectivités vont leur faire prendre un autre virage et enrichir nos rencontres!
Après un voyage à DRESDEN en Allemagne en 2002, j’intègre le BANDITS Crew qui devient sa seconde famille!
Après plus de 20 ans de graffiti, dans un souci d’ouverture aux autres et aux différentes techniques de création, il élargi son champ d’action en réalisant quelques pochoirs avec Artiste Ouvrier. Il participe également à quelques expositions et autres ventes d’art contemporain puis me lance en 2009 dans le tatouage par le biais du salon Phunky Buddah.
Il exerce depuis en indépendant comme “guest” à CAEN et ailleurs dans différents salons de tatouages, participe à quelques conventions et tente de développer un travail personnel lié à son parcours graffiti.
http://www.sane2.com/

FEZAT :
Né à Montréal en 1986, Fezat s’intéresse a l’art visuel et consacre la plupart de son temps libre à dessiner. Il développe avec les années un style toujours en évolution, inspiré de ses intérêts pour les bandes dessinés de super héros, l’art urbain et le graffiti.
www.ca-crew.com

SWET :
SWET est né en 1971 au Danemark.  Il a sa première expérience de graffiti en 1985.
Depuis les années 80, SWET a une présence indéniable sur la scène internationale du graffiti, influençant les nouvelles générations avec ses lettrages type « wild style ».
Célèbre pour ses lettres animés et ses chefs d’oeuvres colorés, exposant dans de nombreuses galeries, SWET continue d’impressionner dans une scène qui est constamment en changement. Si nous vous parlons de cette marque c’est que cette collection « capsule » est en EDITION LIMITEE, (30 exemplaires par T-shirt) !

Passez votre pré-commande sur leur site jusqu’au 23  juin minuit et cela à tarif préférentiel :
Boutique

19,90€ ou lieu de 24,90€ sur la période de pré-commande. Livraison prévue mi juillet.