Le YouTube de Bamcontent

bamcontent paris tonkar 7
IGTV Bamcontent

Nombreux sont ceux qui ont vu leurs premiers jours de vacances covidiennes se transformer en cauchemar à partir du moment où : 

  • Ils n’ont pas trouvé de maillot de bain dans les supermarchés, alors qu’il fait 26°, ce qui lui confère de facto un statut de produit de première nécessité.
  • Ils n’ont plus les bonnes couleurs pour faire des panels comme dans leur rêves, sur leurs sketchs.
  • Ils ne vont pas citer leurs inavouables nouvelles activités : tricot, bingo, cuisine moléculaire, pastis et pétanque comme à Marseille.
  • Ils ont pensé poster une photo pour le pillow challenge. Cet étrange challenge consistant depuis que les boutiques de vêtements sont fermées, à s’habiller avec un cousin maintenu par une ceinture, ce qui nous fait penser et dire pour ceux qui l’osent : “ les temps sont définitivement bien sombres ”
  • Ils ont vu leurs amis follower des pages d’escorts de pots de confiture ukrainienne, selon certaines sources, il semble qu’il y ait une pépinière à pots de confiture dans cette région du monde. Ou encore de profs autrichiens de fitness (j’écris autrichien, mais ça pourrait très bien être ukrainien… ou pas). 
  • Ils se sont même mis à partager en message privé des photos de yogistes déformant souplement leur corps, des photos de lapins de trois semaines, ou encore de bébés chats sans poils. 

Peu sont ceux qui peuvent affirmer : “nous sommes resté les mêmes, non nous n’avons pas changé”. Surtout quand vous avez vu vos amis cesser de soutenir l’architecture du bâtiment dans le hall. D’ailleurs peu s’en est fallu que la cité s’effondre, et ça en a tellement effrayé certains, qu’ils étaient déjà en train de téléphoner à leur assurance. Et pour quelles raisons ont-ils déserté le ter-ter ? Nous avons mené l’enquête et découvert qu’ils font tout simplement des baghrirs, ces délicieuses petites crêpes maghrébines à mille trous qu’on mange avec un peu de miel chaud, avec leurs mamans. Qui pourrait leur reprocher ? Ils ont certes laissé tout un pan du marché parallèle en suspens et plusieurs centaines de milliers de consommateurs se sont rués sur le triclo pour pallier le manque de THC. Mais cela a ravi le cours du K2R, ainsi que ces mamans qui peut profiter d’un peu de temps avec leurs fils. Et non je ne dis pas que tous les vendeurs de shit sont marocains, je suis sûre qu’on trouve aussi des tunisiens.

A partir de ce moment là nous pouvons nous dire que nous avons effectivement tout vu pendant ce Covid.

bamcontent paris tonkar 6
Instagram Bamcontent

Oui le Covid est une bien étrange chose survenue dans notre quotidien et, entre deux pages de pôle danseuses (envoyé en message privé à notre meilleur toy friend), depuis qu’on peut plus sortir dehors sans avoir rempli une autorisation dérogatoire de sortie du domicile, on se surprend à bencher sur Instagram. 

bamcontent paris tonkar 1
YouTube Bamcontent

C’est ainsi que j’ai découvert le YouTube de Bamcontent. Je sais bien ce que vous vous dites à ce moment précis, mais non c’est pas en regardant une page de pot de confiture italien tatoué, en bikini et les cheveux teint en bleu que j’ai découvert le YouTube de Bamcontent. Je cherchais juste un panel, comme n’importe quel writer attendant sur un banc son train, l’appareil photo à le téléphone dans la main. Je n’ai jamais trouvé le panel, un peu comme quand nous attendons trois jours un train qui ne vient pas car il est sur une autre ligne ou au buff. Et c’est aussi ainsi que j’ai tout regardé, un peu comme quand on voit passer les trains de tout le monde sauf le sien. 

bamcontent paris tonkar 4
YouTube Bamcontent

Même si je n’ai pas trouvé le panel que je cherchais, j’ai trouvé in fine d’autres panels et murs peints montés sur un fond musical allant du rap à la techno en passant par ce qui s’apparente à de la variété russe. Cela m’a changé des strip-teaseuses pots de confiture ou de Nutella, likés par 139 453, ou même si c’est juste 185 quoiqu’il arrive ça dépayse son internaute. C’était assez intéressant pour en faire un article pour Paris Tonkar, alors j’en ai fait un article. Donc si vous en avez assez du pillow challenge, que vous ne savez plus quoi regarder sur Netflix, vous pouvez toujours avec votre pot de crème glacée noix de macadamia et nougat, regarder comment on fait des lettres cyrilliques ou latines à Moscou.

bamcontent paris tonkar 5
Instagram Bamcontent

YouTube de Bamcontent : https://www.youtube.com/channel/Bamcontent

Take some Italian colors with Lady Nina

Between a Milanese loop and a slice of watermelon, we met Lady Nina in Rome. For the rest of the world confined to his country, the airports closed, she draws rainbows for us and it would take very little to dive into the Trevise fountain.

705D87C4-24B8-4EDE-8CE4-D59A1A1BCE14

Hello Nina TDS, you are born in 1981, and you live in Rome. How did you start painting in 2000?
With friends from my neighborhood in the street, I have stopped after a couple of years.

Why choose Nina?
The choice of my tag comes from the passion for cartoons and comics. Nina is a character from Hiroshi Sasagawa from 1976.

IMG_8721

You drawing before?
Since my 7 or 8 years, I was drawing. I ranged from the acrylic technique to the watercolor technique; I experimented a little with all types. I draw portraits, animals, and people. Now my favorite subject is women because it is more stimulating and fun.

What did you study?
Photography, since 2005 I make shooting and reportage.

b17cdb91-92f1-4720-a68b-3764a61248f1

Why choose writing?
Because they are the only thing that makes me feel myself. I’m in peace when I paint, it is a moment that I live to feel good about myself and my love for graffiti.

You start by drawing letters and only letters or characters too?
About graffiti, I started drawing only letters, and about the characters, I started later to insert them in my sketches in 2008. I always wanted to insert them, that complete the sketch as I like it. 

IMG_8151
What are you looking for when you paint?
The evolution and to develop my technical skills to the fullest now.

They are many girls to paint in Roma? Italia?
Compared to when I started there are more.

3BCC876D-B324-4899-8BCA-0DE6B837DC0E

It’s pretty « macho », right? How people greeted you in the writing scene?
The graffiti environment is 80% masculine and there is a very male-dominated part. I have a good relationship with the people I made friends with. Let’s say that in the scene I sweated a lot to have credibility and the key is how to give my best in all environments.

Why do you think there are so many men and so few women?
Because a masculine environment is not easy to deal with.

2815dcb3-eb15-4043-8afc-eba5a577a54b

The Italians are reputed very « macho », do you think that in the northern countries it would have been different?
I think no.

Have you ever had reactions because you are a girl: for example, Sany PUFF shows in his film Girl Power inscriptions on his graffiti type « go back to the kitchen »?
Sany makes a different kind of graffiti than me, respects his work.

5EB67FCE-30B3-4822-AAEB-F77B7412B35F

Sany explains it is maybe because the mentality in east countries is not the same, maybe over there. The place of a woman is more than in the kitchen than the street for the bombing. Does painting for a girl, no matter where she comes from, can be a kind of empowerment?
I think every woman is well in a place where it’s better. I love staying in the kitchen but also painting in the street or any other place.

What are your favorite supports?
Now, I like the wall of abandoned seats, and before I like the street too.

F33FDC0C-7FBA-4300-ABA2-F1707170CE34

What kind of other support do you use?
Any support I like, canvas, street signs, pizza box, maps.

You make exhibitions?
Yes, I make artwork for famous companies like Fendi, Asics, Redbull.

IMG_2062

What are your projects?
I am currently working on a publishing project and a social one.

You have a word for the end?
Give the best always.

IMG_2916

Time for Art

DSC03419

Time for Art has been organizing street events in different cities in Russia since 2013, to the delight of street art lovers. We went to meet them.

Hello, Can you tell us about Time For art a few words?
The idea of « Time for Art » is to show the works of street artists. Artists meet to communicate with others, exchange experiences, and, of course, demonstrate their work. The event contains all styles of graffiti, here are works of artists from the Russian street art industry. The project has existed for more than a year and has been showing its worth to this day. « Time for Art » is a unique and spectacular event in Russian contemporary art. Each event provides a demonstration and educational program. The educational program includes master classes, « sketch battles », competitions for children and guests of the exhibition, and the demonstration part presents art objects, illustrations, canvases, posters, and stencils.
The « Time for Art » project promotes capacity-building and experience exchange between artists from different regions of the country. The project affects the cultural level of people, increasing interest in modern art, and forming a positive opinion about graffiti and street art nationwide.

lkihnNEUJXE

How many years have you organized an event in Russia?
The first exhibition has held in Moscow in 2013 at the sugar factory. For 7 years, the project shows more and more new works, new faces and introduces the most sophisticated modern audience with the works of professional and young artists. At present 27 events have already been organized, which more than 500 artists took part from all over Russia.

AAA_2608

Where has this already happened and where will it be this year?
The « Time for Art » project took place in major cities of Russia: Moscow, Saint Petersburg, Rostov-on-don, Krasnodar, Sochi, Smolensk, and also visited Belarus in Minsk. In 2019, the project was invited to China. In September 2020, our team will organize a street art festival in Yaroslavl, Russia. There will be an exhibition and decoration of building facades. Festival will be organized in six districts of Yaroslavl with a total area of 1500 m2. The « Time for Art » project promotes the development of the potential and exchange of artists’ experience from different regions of the country, affects the cultural level of people, increasing with a total area of 1,500 m2.

AAA_3000

The viewer can feel the other side of street life.

Why this city?
In 2020, it will be the anniversary of Yaroslavl, the city is 1010 years old. The festival is dedicated to Russian culture, so the city was selected as the capital of the « Golden ring ». The Golden Ring of Russia is a tourist route that passes through cities that have preserved unique monuments of Russian history and culture.

How did the authorities get this project?
The state authorities supported the holding of this festival because decorated facades will improve and emphasize the uniqueness of the urban style of each district of the city.

AAA_2616

Do you think it could be a tourist attraction?
Facades of buildings with portraits of famous figures, made by street art artists, in the districts of Yaroslavl will become a tourist attraction because each work can show you the history of Russia.

CNt1R5od_Wg

Do you know who will take part in the festival?
It will be a sketch contest for participation in the festival. Any artist can submit an application to participate in the competition. The exhibition will present works by famous artists from different regions of the country. Graffiti artists from 11 Russian cities are invited to participate in the festival. The Festival will be held for more than 8000 people.

Y6dQPUPpo4E

Do you prefer people who write letters, or rather symbols, maybe you try to mix them up?
Street art is the work of young people, thinking and often protesting authors. The ideology of graffiti is freedom of creativity. Each artist creates works according to their own rules. The main idea of the project is to unite artists who started their author’s statements on the streets in different styles.

DSC03503

The ideology of graffiti is freedom of creativity.

Why do we organize events?
The concept of the project based on a dialogue between the viewer and the author with his own unique history of becoming from a novice « writer » to a professional artist. The dialogue with the audience on the project goes through the exposition and organized master classes and lectures, which allows you to demonstrate the skill and experience that was acquired exclusively on the street. The organization of events is attracted by the concentration of collective energy when strangers participate in the same project and exchanging their experience and knowledge. The viewer can feel the other side of street life.

KFp0GwrytdU

Website: https://eng.timeforart.ru/
Photographies: 2020 © timeforart

Entretien avec Fleur Cozic

Où nous entraîne Fleur Cozic quand elle peint ? Ailleurs, loin, dans un univers fantasmagorique où ses huiles empruntent à la poésie leurs traces, est la réponse. C’est à pas de loup que nous entrons dans un monde intérieur loin de la surface, un endroit magique qui nous berce de ses délicates touches, comme un morceau de Chopin joué sur le quart-de-queue de notre imaginaire. Les peintures de Fleur Cozic sont définitivement ces porte-au-loin empruntés à l’univers de Joanne K. Rowling. 

Hommage à Monet, 2019, technique mixte sur toile, 50 x 61 cm

Hello Fleur, peux tu te présenter ?
Bonjour Lady K, mes origines sont bretonnes, mon cœur est resté en Bretagne où je suis née il y a 39 ans. Je vis à Paris depuis 19 ans bientôt, j’y ai fait mes études d’histoire de l’art, puis je suis restée, malgré moi, pour le travail. Je ne peux pas regretter mon choix car aujourd’hui je travaille pour un artiste-peintre, Jonone, qui est exceptionnel tant du point de vue artistique qu’humain.

Peux-tu nous raconter comment as-tu commencé à peindre ?
J’ai commencé à dessiner à l’encre, sur papier, dans ma jeunesse. J’ai poursuivi ensuite en arrivant à Paris. Je vivais dans un studio donc la place me manquait. J’ai alors pris l’initiative de peindre ensuite à l’huile sur des toiles du même format (format raisin) avec pour seules bases du bleu, du blanc et du noir. Je faisais des mélanges sans cesse, pour tenter d’obtenir différentes teintes. Mes premières toiles ont donc toutes le même format et la même « base ». Ensuite,  j’ai pu acheter plus de matériel, de plus grands formats n’étant plus étudiante, ayant déménagé aussi, j’ai eu les moyens de développer davantage ma technique. Depuis toujours j’essaie de développer le même style de peinture : les paysages, en essayant d’en créer de nouveaux en fonction de ce que je vois ou rêve la nuit, parfois à la lisière de l’abstraction.

Roseaux, 2019, technique mixte sur toile, 65 x 92 cm

Que recherches-tu quand tu peins ?
Ma plus belle peinture serait le paysage qui m’effraie mais qui m’aimante. Voici ce que je recherche : un paysage chaotique par l’atmosphère mais apaisant par certaines touches, effrayant par les teintes mais sécurisant dans lequel j’aimerais être. Avoir sous mes yeux, pouvoir toucher, sentir.

C’est intéressant, pourquoi chercher ce contraste ?
Peut-être qu’inconsciemment je recherche les teintes sombres que je peux voir l’hiver en Bretagne au bord de la mer, et malgré ce déchaînement, je trouve le paysage apaisant, sécurisant, sublime.

Sérénité, 2018, technique mixte sur toile, 46 x 65 cm

Quels sont les artistes qui t’inspirent ?
L’artiste pour lequel je porte une admiration sans bornes est Anselm Kiefer, qui est pour moi le plus grand artiste vivant. Pour ses oeuvres monumentales, sa façon de maltraiter les supports pour mieux les sublimer, sa constante recherche dans sa démarche artistique, sa capacité à associer peinture et sculpture dans une même oeuvre. Malgré un chaos visible de prime abord, ses oeuvres sont poétiques, méticuleuses, réfléchies. Ensuite viennent Hans Hartung, Bernard Buffet, Soulages pour le geste. Van Gogh, Monet, Turner, Friedrich, Rembrandt pour leur paysages si différents, et pourtant si proches dans le ressenti d’une nuit étoilée, torturée, pour la capacité à transposer la solitude et la mélancolie d’un paysage. Mon dernier coup de cœur pictural a été en décembre lorsque je suis allée en Pologne voir le Panorama de Racławicka.

Tu peins des paysages et tu vis en ville, peut-on penser que tu es en recherche de quelque chose qui a disparu dans nos villes ?
Non, je ne dirais pas ça. Habiter en ville n’est pas inconciliable pour se créer un autre univers. Chacun se forge dans son esprit les paysages qu’il souhaite voir de par son passé et son présent. Je souhaite que mes toiles invitent à la paréidolie.

17-08-29, 2018, technique mixte sur toile, 54 x 65 cm

Tu donnes des noms qui sont remplis de poésie à tes oeuvres, c’est important pour toi le titre ? 
Le titre est très important oui, pour mes oeuvres et mes expositions. Ma première expo en octobre 2018, avait pour titre E105 ; E pour exposition, 105 car ma Mamie aurait eu 105 ans le 13 octobre. La veille j’avais fait un petit vernissage. Toutes mes toiles avaient pour titre la date de naissance de personnes qui me sont chères. La deuxième en juin 2019, s’intitulait Melancholia en hommage à une des expositions d’Anselm Kiefer et c’était aussi un clin d’oeil à La Nausée de Sartre. Certains des titres de mes toiles sont en latin.

Le choix des titres oriente la paréidolie du spectateur, ou encore là où tu veux l’entraîner ?
Auparavant non. Par exemple, pour les titres qui portaient des dates de naissance, j’ai essayé de faire en fonction des goûts et de la personnalité de chaque personne. Pour les titres en latin, je souhaitais quelque chose de court et en rapport avec ce que je voyais de prime abord. Lors de ma première exposition, plusieurs personnes ont vu des choses différentes ou non dans mes tableaux, que je n’avais pas vues.
J’ai donc essayé de prendre du recul entre ce que je voyais et ce que le spectateur pourrait voir. L’oeuvre intitulée Hommage à Monet pourrait être un bel exemple, plusieurs jours après l’avoir peinte, j’ai retourné la toile et j’y ai vu des Nymphéas. Avant ma deuxième exposition, j’ai fait la sélection avec une proche, une des toiles était très abstraite pour moi,  alors qu’elle a tout de suite vu un visage que moi-même je n’avais pas vu, d’où le titre : Portrait de Femme

Abysses, 2019, technique mixte sur toile, 54 x 81 cm

E105 est aussi le nom d’un colorant alimentaire, le jaune solide, est-ce que cette corrélation ajoute du sens à ton choix ?
Ahahahahahah …!  non !

Est-ce que travailler avec Jonone influe sur ton travail ?
Non, je ne pense pas, même inconsciemment. Nos domaines picturaux sont diamétralement opposés. La seule chose qui pourrait nous rapprocher est que Jonone tend vers l’abstraction et j’ai l’impression que moi aussi.

Pluie Noire, 2019, technique mixte sur toile, 65 x 92 cm

As-tu des projets à venir ?
Oui, faire une troisième exposition qui était prévue du 4 au 17 mai à l’Espace Oppidum. Elle est pour le moment repoussée, elle s’intitulera Abîmes. Ensuite j’aimerais davantage diffuser ma peinture. J’espère que tout ce qui était en place avant le confinement aura lieu.

Pourquoi avoir choisi ce titre ? 
J’ai choisi ce titre pour amener le spectateur à aller voir au-delà de la matière. Je me suis faite prendre au jeu des spectateurs !

Taïga, 2019, technique mixte sur toile, 73 x 92 cm

Abîme ça m’évoque les profondeurs, tu parles d’aller au delà de la surface dans ta dernière réponse, est-ce que ce sont comme des paysages intérieurs ? 
J’aimerais que le spectateur aille voir au-delà de ce que la toile peut représenter en “surface”. J’aimerais pouvoir faire voyager les personnes qui regardent et regarderont mes toiles. La pire chose qui puisse arriver quand on peint est de savoir que le spectateur est lassé par ce qu’il voit. J’aime aussi l’idée que certaines de mes toiles puissent avoir deux sens de lecture, en les retournant.

Finalement quand tu peins, tu veux prendre le spectateur par le bout des neurones pour le faire voyager tout en restant dans son salon. Ca doit être très agréable d’avoir une toile de toi chez soi ! Quels sont les retours des collectionneurs justement ?
Merci Lady. K, J’aimerais atteindre ce but. Oui pour le moment mes collectionneurs ont l’air satisfait de leurs choix. Certains m’ont acheté deux, trois toiles, quelques-uns m’ont envoyé des photos in situ. Je trouve cette démarche très sympa de leur part car j’éprouve encore de la nostalgie à voir partir mes toiles. Je ne sais pas ce qu’elles sont toutes devenues, ça fait partie de cette belle aventure. Parfois je me dis : “peut-être que celle-ci ou celle-là je le reverrai dans quelques années ou plus jamais”.

Ab Extra, 2019, technique mixte sur toile, 73 x 100 cm

Merci pour cette belle interview pleine de poésie, Fleur. 

Unframed #2

_DSC0410

There are many collectors come to see?
Seyar: Yes, it works, of course, we are in a learning process because this is something new for us too but we have nothing to complain about the course of sales. It could, of course, be much better… We see that works of lower price class are flying out and the more expensive or large works are a bit more difficult. Also, the collectors will be considerably higher next year because I get help from someone. We have a unique concept and grow into something big… Atom said last year this can change everything.

Do you have young collectors who come to buy works, like collectors more confirmed?
Seyar: I believe with the concept we have become more accessible to people who thought that they cannot buy art from their idols. The threshold is much lower here than in a normal gallery.

Is Holland a good place to sell street-art?
Seyar: I think we are not only referring to Holland but also Belgium and Germany, France and Luxembourg are also not far from Heerlen. it is a euro region.

I was talking with Pascal from Urban Spree who told me that 70% of the buyers of the futura2000 that he exhibited were French when to Jonone’s clientele it is mainly French, Belgian and Swiss. It seems that the few people who buy writing are rather located in this region, so it’s finally a pretty strategic place? 
Seyar: I think we are in the right place strategically because it is three countries point and Luxembourg, France, and Switzerland are not far away either with airports Dusseldorf and Koln also accessible for the whole world. There will be considerably more collectors in the coming year.

I see that few writers manage to sell letters, I even note that many writers are moving towards the figurative to live their artistic skills. Is it possible that in Holland, writers can find an audience that appreciates writing?
Seyar: I think if we take the path of art and want to earn your living you have to go on the flow. Sometimes you have to make things you don’t want, but if you want to live from it you have to broaden your horizons. You have been with some is over e.g. nash is talented but sells almost nothing, while I know what else he makes he keeps himself busy with Bboy characters.. While he can do much more, for example, realistic but stubborn that they are and dutch writers get too little recognition in my eyes. Take Ces53 he has so much meaning in the European train graffiti: he is a pioneer. He sells his work for a low price. I think he deserves much more than he gets now but that is this time. Many people buy with feeling. I think a Ces53 work later in 20 years is considerably higher… So take your chance and buy I would say… Look Mser… Look at his followers look what he does: in my eyes the best train writer ever is the seen from this time… The people who now see him as an example maybe a fan: his age can’t afford it but in 20 years that potential buyer will determine his price now. I have to paint it what he makes is of such high quality… He doesn’t more than five a year… So you know you have gold if you have something from him. And who has this… An event running live on a real train!

How do you choose the artists you exhibit?
Seyar: How did I choose them. Yes, especially most are good acquaintances and or friends of mine, or friends of friends. I choose these artists. One: because they are very important for graffiti now and then include names that have never been at an event or gallery… And if you want to bring something that sets you apart from the rest. Then you come up with a line up like this. Look most who organize something keep it small because a have a small budget. Two: I would rather fill their own pockets than spend on a nice concept. Well here is my heart, and I think we will express that too. I am working on something, I can not say what because it is still very early and uncertain but we will see in the upcoming edition 2020 whether it has succeeded…

Do you have a word for the end? 
Seyar: Of course .. First of all, I want to thank everyone who participated in unframed to friends artists everything for the effort and the belief in it… Everyone who participated is part of a unique event and that will grow over the years. So everyone stays with us to follow, and until unframed 2020… Hasta la vista!