Itvan Kebadian / Paysages

Itvan Kebadian / Paysages
18 avril – 20 juin 2019 
vernissage 18 avril 18h – 21h

74b4fa5b-ad9b-40e9-92a2-bad803e2c212
Itvan Kebadian est né à Paris en 1985 d’un père arménien, réalisateur de films et d’une mère technicienne de cinéma, il est le deuxième d’une famille recomposée de 4 enfants. Comme son grand-père apatride, il n’a jamais aimé se fixer, et comme lui, multiplie les déménagements en cultivant l’idée de nomadisme.

Il commence à « graffer» à l’âge de 13 ans. Naturellement rebelle, il s’éduque toutefois entre plusieurs écoles des Beaux-Arts et mixe influences cinéphiles et scènes urbaines aux références apprises durant son parcours artistique, le tout sur des feuilles à dessins ou directement sur les murs.

De son enfance et du temps passé sur les toits de Paris d’où il observait les gens et la rue, il garde un attrait pour la vie urbaine et se souvient « d’aimer voir la ville  comme un jeu video, un monde parallèle ». Encore aujourd’hui il perçoit et traite la Ville comme une jungle, et la foule comme une meute.

Il aime fondamentalement le graffiti, et garde cette vision d’un monde sans classes sociales, où les protagonistes restent anonymes en changeant de nom comme dans la Légion Étrangère, et s’affrontent sur des territoires, pour leur conquête, ou pour des luttes de pouvoir.

« Les gens connaissent le street art mais beaucoup moins les codes du graffiti, lorsque j’en parle je me rends compte que c’est plus underground que ce que je pensais ».

Dans son travail exposé à la Galerie Dominique Fiat pour la troisième fois après Etherotopique en 2014  et L’Inséparé en 2016, son univers reste marqué aussi bien par les gravures de Dürer, les estampes japonaises que l’art médiéval, tandis que Kurosawa et Ridley Scott ne sont jamais très loin. Le phénomène des « Gilets jaunes » le nourrit d’un sujet d’actualité tout trouvé.

Ces conquêtes de territoires et leurs frontières, renouvelées inlassablement, restent le sujet de toutes ses préoccupations et dessinent ici  « Ses » Paysages.

Exposition From Gotham #1 à Rennes

Expo Impermanence galerie

Tous à vos agendas !

La première exposition From Gotham #1 se déroulera à Rennes à l’Impermanence galerie (134 Avenue Général Leclerc, 3500 Rennes) avec Mat Elbé, Thiago Ritual, Solus Art, Phil Artiste et Tarek du 12 avril au 3 mai 2019.

The first From Gotham #1 exhibition will take place in Rennes at the Impermanence gallery (134 Avenue Général Leclerc, 3500 Rennes) with Mat Elbé, Thiago Ritual, Solus, Phil artiste and Tarek in April-May 2019.


Partenaire : PARiS TONKAR Magazine

Le magazine est disponible dans le réseau presse partout en France et dans plus de 30 pays à travers le monde. En cas de difficultés à nous trouver (points de vente épuisé, etc.) il vous est possible de commander les numéros en ligne et de souscrire des abonnements en utilisant notre boutique Big Cartel avec paiement CB sécurisé (Vias, Mastercard…) via le lien ci-dessous : http://www.ihh.bigcartel.com/

Livraison possible en France et dans le Monde entier à petit prix !

ihh_huma_2017_cut_-_copie

© 2019 PARiS TONKAR™ iNTERNATiONAL / i.H.H.C.
PARiS TONKAR™ Magazine est une publication 100 % indépendante et associative éditée par iNTERNATiONAL HiP-HOP CORPORATiON™

KATRE | POINT DE FUITE

KATRE | POINT DE FUITE | solo show du 29 mars au 11 mai 2019

2vlvq.jpeg

Explorateur passionné de friches industrielles à l’abandon, précurseur du phénomène urbex, Katre sonde l’atmosphère de lieux voués à la destruction qu’il restitue dans ses œuvres, à la croisée de la photographie et du graffiti, de l’architecture et de la peinture. Ses images d’usines désaffectées sont d’abord retravaillées avant d’être tirées sur un support de grand format au moyen de la sérigraphie. Jouant avec les perspectives, les transparences et les matières, il intervient ensuite à la bombe aérosol sur ses images pour y apposer sa griffe, l’initiale de son nom stylisée et ultra colorée.

Pour ce deuxième solo show à la Galerie Wallworks, Katre propose une nouvelle série d’œuvres sur verre, présentées au mur ou sur socle afin de pouvoir en faire le tour, ainsi qu’une installation plongeant le visiteur au cœur d’une de ses œuvres. La superposition des différents plans photographiques, l’inclusion de matériaux trouvés ou de tubes de néon et les effets de profondeur viennent amplifier la perspective que l’artiste capte de ces lieux oubliés, voire détruits, dont il est le plus souvent seul à en receler la mémoire et à en révéler la trace.

Galerie Wallworks
4 rue Martel 75010 Paris | 09 54 30 29 51 | www.galerie-wallworks.com
La galerie est ouverte du lundi au samedi de 14h à 19h
Métro Bonne Nouvelle (lignes 8 et 9) ou Château d’Eau (ligne 4)

LE SONNEUR / REAR WINDOWS

affichetsuba

LE SONNEUR /// REAR WINDOWS /// 15 Novembre 2018 – 15 Mars 2019

A deux pas des Champs-Élysées, le Tsuba Hôtel donne carte blanche au street artist Le Sonneur à l’occasion de l’exposition « Rear Windows » du 15 Novembre 2018 au 15 Mars 2019. Dans un style minimal, entre street art, art contemporain et poésie, Le Sonneur prend possession des lieux, joue avec l’imaginaire de l’hôtel et en détourne les codes habituels. Il nous raconte les histoires de ces amoureux qui y passent, de ces inconnus qui s’y croisent. Il capture l’intime par les trous de serrure, par une fenêtre ou une porte entrebâillée, et le dévoile dans un travail romantique et voyeur. Dès l’entrée puis dans le lobby, avec ses photos et ses dessins. Devant l’ascenseur avec sa plaque gravée « Mon Amour ». Au coin de la cheminée, avec cette porte imaginaire qui s’ouvre avant de disparaître sous vos yeux. Au détour d’un couloir avec ces sonnettes romantiques ou ses door hangers « Love Me » ou « Kiss Me » qui détournent les classiques accroche-portes des hôtels. Ou sur les façades de la cour intérieure qu’il habille de ses silhouettes rouges et noires.

doorhangers-tsuba

Next to the Champs Elysees, the Tsuba Hotel gives « carte blanche » to the street artist Le Sonneur for his new « Rear Windows » exhibition. This new solo show will run in the hotel from November 15, 2018 to March 15, 2019. In his minimal style, between street art, contemporary art and poetry, Le Sonneur takes possession of the place. He plays with the hotel and diverts its usual codes. He tells us the stories of those lovers who pass by, of these strangers who cross there. He captures the intimate through the keyholes, through a window or a door ajar, and reveals it in his romantic and voyeuristic work. From the entrance to the lobby, with his pictures and drawings. In front of the elevator with its engraved precious plaque « Mon Amour ». Next to the fireplace, with this imaginary door that opens and dissappears under your eyes. At the bend of a corridor with his romantic bells or with his door dangers « Love Me » or « Kiss Me » that divert the classic door hangers. Or on the facades of the inner courtyard that he dresses with his red and black silhouettes.

 

 

LE TSUBA Hôtel
45 Rue des Acacias 75017 Paris