JDL alias Judith de Leeuw

The superb paintings of Judith de Leeuw could very well do without this hat, she does what she wants with the hair of her characters with manes all more sublime than each other. Capturing a bit of his soul in this interview, we realize how right Leonardo da Vinci was right when he advised in his painting treatise to take care of his soul to produce breathtaking characters.

blackandwhiteparis-small

Hello JDL can you introduce you?
Bonjour lady K! It’s lovely to have a chat with you again. My name is Judith de Leeuw aka JDL street art. I’m born and raised in Amsterdam, Netherlands and I just turned 25 years old. I currently still live there but I’m more often painting abroad. I find myself at home for approximately 3 months per year. I graduated in Art & Design in 2016 followed by a one-year bachelor of fine arts at the Willem de Kooning academy. 

Yes, I’m glad me too to speak with you again, can you tell us since how many time you paint?
That’s difficult to say. As a small kid, I always loved to paint with brushes like the rest of the world. I have a memory of the first portrait I made when I was 4 years old.

I touched a spray can for the first time when I was about 15 years old, which was also the first piece that I made at night on the streets. It was on a Christmas night and the piece was looking terrible (of course). I started combining spray paint with realism in 2013 when I was around 18 or 19 years old. This was looking terrible as well. In 2014 I got my first commissions in art. My art started taking off really well around 2015, my skills improved very rapidly. This is also what turned me into an official registered and fulltime artist in 2016. It’s been tough, but amazing and beautiful years traveling the world and painting everywhere. I painted more than 35 murals over 35 different locations, continents, and countries. And, the 35 is only what I officially registered in my CV. The real number is probably even much higher. 

StreetArtToday_JDL_SAT7_BestMuralsMay2019

Your characters are almost perfect, you have a good sense of compositions, proportions… How you explain that?
It really flatters me that you say they are almost perfect, but I really don’t agree. They are not even close to perfect at all. Perfect doesn’t exist at all and it’s also something that you have to accept as an artist. A good example is my recent visit to the exhibition Caravaggio, Bernini (and followers) in Rijksmuseum and I spotted so many small mistakes! It really made me realize that even them – historical legends – must have felt exactly the same as I do. That little nail that ‘just does not look right’, is really something that keeps me up at night. And I’m so sure that these painters have experienced something similar. Imperfection is just something we all have to find peace with as creators. 

That changes me nothing for me, I think your characters are almost perfect and is that all of your honor to want to progress again. I think they have really good movement and it gives them life, as well as when Leonardo da Vinci writes in his treatise on the painting that giving movement is giving life to what we create. I think is something that transpires in your painting, are you consciously looking for that or does it come naturally?
It came naturally but not completely. I think the biggest power within people’s minds is to accept that they are never done learning. So one of my biggest focuses is to learn, no matter what I do. Sometimes I lock myself up for months just studying images and philosophy. At some point, I discovered that tragic, emotional images really intrigue me in a very specific way. I can recognize that on several comparisons.  For instance, I have a much bigger love for war and societal street photographers then portrait commissions. Also, I prefer Caravaggio much more over Rembrandt. I prefer greek mythology over fairytales. These tragic elements in images and stories enable people to experience emotion in a very specific and deep way. There are many different techniques to create a tragic image. And one of them, yes, is movement.

That tragic things intrigue us is a very interesting topic to think about in general, it has been like that thousands of years BC. Maybe it’s because mankind wants to recognize something in creation, and it’s all constructed on how we want to see the world. Or how we see ourselves, and our role in the reality we live in. I never made a conscious choice in the evolvement of my art, I think its always just been a part of who I have been (or became). But I know it must also be how I see the world, or how I have experienced it. Having an interest in a topic gets you to read a book, reading a book gets information in your subconscious, and your subconscious is a part of you. That leads to the end result of your creation. 

child-of-the-state-by-JDL

What you say is really very interesting and beautiful, I am not finally surprised that your figures are so sensitive. Leonardo da Vinci, still in his painting treatise, writes that to produce breathtaking paintings, you have to take care of your soul so that paint springs from this interior beauty. How do you build them?
It’s a very big and long process. That is also one of the reasons why my online media is only 10% of what I do. Firstly I do concept development. That contains a lot of different kinds of research. Reading books, study other paintings, or societal issues. If I’m choosing a societal topic the research also involves talking to the people involved in the theme. It’s a very difficult and long process because it involves a lot of information, which, you don’t always instantly understand. For example – one of my next paintings took me over 6 years to understand the real total picture of the theme. I always knew the theme, but some meanings only start to come up when you have the time to grow and reflect. When I have a clear image of the total picture and processed all of my information – I jump to photography. I start to pick up all the pieces that I have and bring them together to create an image. This image contains the basis of the painting.

It’s really very impressive to see that you reflect so much on your paintings, I think that’s what gives them this special aura. Can you tell us what is this painting that took you more than six years to understand it and why and how did you finally understand it?
It concerns one of my latest designs related to Greek mythology called ‘Icarus’.  Unfortunately, I can’t show it yet but I’m hoping to be painting it soon. My family had a print of the work ‘Icarus’ from Hendrick Goltzius on the wall when I was a kid. I always loved it – but didn’t understand why. 6 years ago (i was 19), I heard about the myth for the first time.  I understood it in a very simple way and it became more and more complex over the years as I grew.
It was the story of a father and son stuck in a labyrinth. The father created wings for him and his son in order to escape. The father (Daedalus) told his son (Icarus): ‘Don’t fly too high, because then your wings will melt. Don’t fly too low, because the waves will catch you. Icarus flew off and couldn’t take his eyes off the sun. He flew higher, higher, and higher thinking that he could do it all. So happy to be free, and so intrigued to see something so magical. Icarus came too close to the sun, his wings melted, and he died in front of the eyes of Daedalus.
I heard about the story again, again, and again, over the years and every time a little piece of knowledge was added on the theme. I studied all different sorts of philosophy over the years and it really made me see things from a much broader perspective. There is a lot to say and to think about. Not only in the arts – but also on a societal level.
Some philosophers opinionated this story forms the basis of the society as we live in today. (We live in blockhouses, walk in between the lines, etc.) There are so many different perspectives to reflect on the world with this story in mind.
Anyhow, I can keep going forever about Icarus… The conclusion is that I came to a realization and I made a piece about it. I’m really excited to create it! 

ohanamag-JDL-streetart-1

What are you looking for when you paint?
That’s a good question. What am I looking for? What is a musician looking for when he/she is writing a piece of music? I’m just inspired, and I want to express myself and share my vision of the world with other people. I just can’t help myself. Even when I tell myself to stop, I keep doing it. But I’m not only doing it for myself. For instance, street musicians always made me feel so incredibly fulfilled. In between all of those grey skies, grey office buildings, and businessmen – there’s a small reminder of art and music. It’s a reminder that we all still feel something together, that we are all still free inside, all some sort of playful child,  and that’s what I want to give back to the world too.

A bit like when Kandinsky talks about inner necessity, it’s yours. Can you tell us what you work with on the wall only with aerosols or also brushes?
In the past 4 years, I mostly worked with spray cans as I have been less experienced with brushes. However- I do use them now as details from 1mm are much easier to create with a small brush. Try to paint newspapers (including letters separately) with spray, it’s not easy! Now I’m creating one of my first all-acrylic works on canvas, as they are too small for aerosols. It’s a much more fit medium for smaller surfaces and I’m not planning to limit myself to aerosols.

ARA_2626-2

You also talk about your paintings, I have seen less on the web, while they are as breathtaking as your walls, why this part of your activity is less highlighted?
That’s because I find my biggest inspiration in large scale murals in public space. The work that I upload on my (social) media is just 10% of what is happening behind the scenes. But I’m very conscious about the fact that how you present your art to the world will be a very big influence on your life. For instance, I’ve even curated some projects, and I never really told anyone. That’s because I don’t want to be distracted too much from my goal – so I don’t want other people to get distracted either. I have a goal, I have something that I love, and something that I want to reach. I want to create a very specific thing that I want to give my contribution to society and people. That is my goal for now, so that is what I am highlighting.

Do you have some projects currently?
Most of my projects are canceled or frozen as I can’t travel or ship during the COVID-19. I also can’t count on the galleries anymore.  But for sure. I never stop working. The « Icarus » project is a « love » project all made from scratch. It was a lot of work as we had to arrange everything ourselves in a very difficult city and an important location but we are almost there now. We (me and my project manager) set up a 50 pages plan and had dozens of calls and meetings to do. It took us over a  month but the plan is done now. We’re sending it over to institutes and are awaiting approval. It’s going to be a wonderful mural at a top location.
Next to that, I’m doing a commercial project at a really big congress center in the Netherlands. It’s quite a lot of work but I feel blessed to still be able to paint and do my job as it’s not easy now for anybody. I’m shooting one of the designs this Friday and we (me and my assistant) will start painting soon. There is some potential on this congress center so hopefully, I’ll get something very interesting out of it. They also own outdoor walls – so who knows where we will end up. Next to that, there are some other things pending for the future mainly focused on the Netherlands. I hope to be traveling soon again to take things « back to normal ».

jdl-streetart-judith-de-leeuw-le-mur-epinal
Thank you for this conversation, I’m waiting to see you again, do you have some words for the end? 
Stay strong in this crisis – always keep fighting as we are survivors. I’ve been down for quite some time thinking this crisis will kill the cultural scene. But we -as creators- can make something unique and strong out of this tragedy. It’s our obligation to do so towards the world. It’s why we are in this world, so don’t just sit and cry. Use this time to reflect on the world, on yourself and your art, and turn it into something more powerful than ever. My piece on the crisis is coming soon.

img_0675

Crédit photographies © JDL
Website: https://jdlstreetart.com/


Paris Tonkar magazine

⇒ MERCI DE PRÉCISER à partir de quel numéro (celui en cours de commercialisation ou le prochain) vous souhaitez débuter votre ABONNEMENT. Cela est possible dans la case pour laisser un message lors de la finalisation de la commande.

Boutique en ligne : ici.

Vous pouvez payer en ligne (CB sécurisée) OU par CHÈQUE (bancaires et postaux tirés sur des banques françaises) ou BONS ADMINISTRATIFS.

Pour les commandes par CHÈQUE (à l’ordre de i.H.H.C.), il vous suffit d’envoyer votre commande sur papier libre (en précisant bien nom, adresse, durée d’abonnement et/ou ancien[s] numéro souhaité[s]) accompagné du règlement par chèque (à l’ordre de i.H.H.C.) à l’adresse suivante :

PARiS TONKAR magazine / iHHC
Service ABONNEMENTS web
Boîte 41
116, avenue du Général Leclerc
75014 PARIS

Franchir les murs, festival virtuel et visuel

Alors que le contexte sanitaire actuel ne permet pas la réouverture des cinémas et des salles de spectacles, que bons nombres de festivals sont annulés jusqu’à l’été, la Ville de Pau innove et lance le festival Franchir les murs sur www.pau.fr

Du 15 mai au 4 septembre, ce festival virtuel et visuel proposera des expositions, des films, des playlists, des illustrations autour des cultures urbaines à partir de précédentes manifestations mais aussi avec beaucoup d’inédits et de commandes pour soutenir la création artistique.

Le graffiti pour sauver des vies. L’art s’engage contre le coronavirus au Sénégal

c39401f7-e63e-48bb-a66c-72400c1f87e5

Un livre d’art engagé

En pleine pandémie du coronavirus, l’ouvrage Le Graffiti pour sauver des vies, richement illustré, montre comment l’art urbain s’engage dans la lutte contre le virus.
Depuis plusieurs semaines, les artistes graffeurs des collectifs RBS Crew, Undu graffiti et Doxandem Squad utilisent leur art pour lutter contre la propagation du coronavirus au Sénégal. Partout dans Dakar et ailleurs, des graffitis informent la population sur les gestes barrières universels à adopter pour se protéger et pour protéger les autres. Dans ce contexte, le street art permet en outre d’alerter l’opinion sur les risques encourus par les plus démunis et de rendre hommage au personnel médical. Avec cet ouvrage disponible en téléchargement gratuit, la Fondation Dapper souhaite mettre en lumière cette initiative artistique et sanitaire d’une envergure sans précédent. C’est aussi l’occasion de contribuer à la mémoire de ces œuvres éphémères et, plus largement, d’une pandémie qui aura marqué notre époque.

0de68cf4-3453-48e8-8e8e-487f03bc0d0e

doxandem-squad-768x576

Téléchargez la version de votre choix. La Fondation Dapper met gracieusement à votre disposition plusieurs versions de cet ouvrage numérique :

L’auteure :
Aude Leveau Mac Elhone participe à l’organisation des expositions de la Fondation Dapper, principalement au Sénégal. En 2018, elle a notamment contribué à la mise en œuvre d’une résidence artistique de graffeurs lors de la biennale d’art contemporain africain Dak’Art. L’année dernière, elle a été co-commissaire de l’exposition Vivre ! Photographies de la résilience sur l’île de Gorée. Aude est également secrétaire générale de la Fondation Dapper.

Les collectifs :
@doxandem_squad
@rbscrew_sn
@undugraff

A l’heure du thé avec Chika

Il est 16:00, nous sommes sur le quai, notre livre à la main, notre ticket de train en marque page et sous notre chapeau nous pouvons sentir la chaleur du soleil niçois haler notre peau. Le train arrive et nous servant une rasade de notre thé bio bien au chaud dans notre thermos, on se prend un panel de Chika dans les chicos. 

2020-04-26_01-38-38

Hello Chika, peux-tu te présenter en quelques mots ?
Salut, moi c’est Chika : mes crews 156 CKW VSO NOFX. J’ai 35 ans, je suis née au Mexique et je suis arrivée en France à l’âge de 3 ans. Pour le moment j’ai dû faire une pause dans ma vie professionnelle : j’étais RH dans la vente de produits beaux-arts et maintenant cela fait 3 ans que je peins.

Tu ne peins pas depuis très longtemps mais en si peu de temps tu es l’heureuse détentrice d’une collection de train à faire pâlir le plus aguerri des writers. Peux-tu nous citer quelques modèles qui  y figurent ?
J’ai des TER simple porte, TER double étage, Autorails, aux ETR 1000, ETR 500, Interregio E et ALN. Je suis constamment à la recherche de nouveaux modèles et je ne m’arrête pas forcément sur le fait que ce soit un train casse, un fret ou un train voyageurs.

2020-04-26_01-35-50

Quel est le modèle plus rare dans ta collection ?
Sans hésiter l’Intercity E414, il n’est pas rare par son année de fabrication ou de mise en circulation, ni pour le modèle, mais j’ai eu la chance de pouvoir le taper même pas 1 mois après sa mise en circulation.

Et celui que tu préfères ?
Mon modèle préféré est l’Autorails ALn 668, livrée XMPR : ils représentent une grande famille d’automotrices ferroviaires légères, construites à partir du début des années 1950 jusqu’en 1981 pour les chemins de fer italiens, les FS-Ferrovie dello Stato.

2020-04-26_01-29-01

Peux-tu nous dire quelles sont les motivations qui t’ont poussées à collectionner les peintures sur trains quand la plupart des collections sont plutôt composées de flacons de parfum, ou de tableaux, livres, pins… ?
J’aime collectionner les peintures sur trains pour leur côté éphémère, je sais que suivant la région où nous tapons le train, il ne tournera au final qu’une ou 2 semaines suivant le trafic du moment. Du coup, pour en garder une trace permanente, il est important pour moi de pouvoir prendre les photos. Au final c’est l’ensemble du processus que j’affectionne. Je collectionne aussi les caps, les panneaux signalétiques (métalliques, pvc…) les markers et tout ce que je peux récupérer lors de mes escapades nocturnes. 

Est-ce que tu avais une affection pour la photographie avant de peindre des trains ou cette passion est venue avec ?
J’ai toujours été attirée par cet univers artistique : au lycée, j’ai étudié l’histoire de l’art et nous avons approfondi l’histoire de la photographie en retraçant les étapes qui jalonnent l’évolution du procédé photographique depuis son invention jusqu’à nos jours. Aujourd’hui les appareils sont devenus plus petits, tout en offrant des possibilités techniques et une souplesse très supérieures à celles de leurs prédécesseurs argentiques pour un niveau de qualité équivalent, bien que le rendu soit différent (le grain n’est pas le même, les effets de moiré ne sont pas rendus de la même façon…). Mais il est vrai que depuis que je peins j’ai pu faire évoluer ma façon de saisir l’image. Je me surprends à prendre énormément de photos d’ambiance.

2020-04-26_02-22-53 (1)

Tu vas également faire les repérages, peindre toute seule et probablement bencher toute seule, en retires-tu une certaine fierté ?
Oui, je vais régulièrement faire mes repérages toute seule parce que je n’aime pas avoir de mauvaises surprises quand je rentre dans un dépôt et aussi parce qu’il est indispensable de vérifier si les entrées et les sorties sont toujours ouvertes. Je passe également beaucoup de temps sur Google earth pour trouver de nouveaux spots. Je benche toute seule et je suis fière d’être autonome. J’ai eu la chance de pouvoir effectuer les repérages avec d’autres personnes mais il est pour moi nécessaire de le faire par moi même (rires)… Surtout quand on est une fille et que l’on arrive dans ce milieu « graffiti vandale » essentiellement macho et masculin.

Est-ce que tu penses qu’il est impressionnant de voir une fille peindre dans un milieu essentiellement composé d’homme et encore plus dans le cercle très fermé des trainistes ?
En France oui, il m’est arrivé d’emmener des gars faire des trains dans ma région et qu’on me dise c’est la première fois qu’une fille me paie un plan. Beaucoup restent sans voix quand je fais le tour du yard seule pour m’assurer qu’il ny ai pas de sécu ou de worker ; il est plus commun que ce soit les hommes qui prennent les risques pour les repérages et les entrées dans les dépôts. Du coup je mets un point d’honneur à être aussi carrée, voir même plus, dans mes préparations, mes priorités quand on va sur un de mes plans c’est que tout le monde peigne en tranquillité d’esprit et rentre à la maison sans encombre. En Italie, il est beaucoup plus courant de rencontrer des filles dans l’univers des trainistes et ça fait plaisir à voir. 

2020-04-26_01-31-08

C’est vrai que c’est impressionnant de t’imaginer aller répérer toute seule. Est-ce une façon pour toi de prouver que premièrement, en tant que femme, tu peux être l’égale d’un homme et deuxièmement, en tant qu’être humain, tu peux t’émanciper de lois axées autour de l’économie plus que du social en passant par dessus elles d’une façon artistique ? 
Oui, c’est une façon pour moi de leur prouver que les filles sont tout aussi capables qu’eux. Il m’est arrivé de rencontrer des personnes pour qui il était inconcevable que je puisse avoir fait autant de modèles étant donné que je ne suis qu’une fille. C’est à ce moment que je me fais un malin plaisir de peindre avec eux, de finir mon panel avant eux et de « tcheker » jusqu’à ce qu’ils aient fini leur pièce. Je leur démontre qu’il ne faut jamais juger un graffeur par sa taille, son âge ou encore son sexe mais par sa détermination. J’ai toujours occuper des postes à responsabilité, j’ai une vie de famille rangée, le fait d’avoir cette deuxième vie me permet de passer au-dessus de ces lois d’une manière soft et artistique. Ces actes me procurent une certaine émancipation mais je garde à l’esprit que c’est totalement interdit et répréhensible par la loi. Ce n’est pas parce que je suis une graffeuse que je suis automatiquement une délinquante.

Est-ce une façon artistique d’apporter une modification là où les entreprises imposent leur point de vue à la nation ? D’autant qu’il n’est pas anodin de choisir des trains qui sont fait pour relier les gens à leur lieu de travail, de loisir… La révolution industrielle n’a été possible qu’avec l’arrivée du chemin de fer, est-ce une façon de dire : ne nous oubliez pas, un peu comme si tu plantais du myosotis ?
Inconsciemment certainement, le chemin de fer permet de garantir des déplacements rapides et sûrs pour les personnes comme pour les marchandises. Il a contribué ainsi puissamment à la révolution industrielle, à la capitalisation et au développement du secteur financier et du commerce. Il a pris ainsi une importance majeure tant sur le plan économique que sur le plan social. Néanmoins, pour moi, le train ne reste qu’un support mouvant, il me permet de diffuser le fruit de mes recherches et de surtout me faire connaître des autres writers : mon but premier et de faire toujours plus grand, toujours plus fort. (top to bottom, end to end, whole-car, whole-train).

2020-04-26_01-42-26

Est-ce que comme certains trainistes, tu entraînes ta condition physique de façon à pouvoir courir vite, sauter, escalader ?
Depuis le confinement, je me suis mise à faire beaucoup plus de sport, je muscle mes jambes, mes bras, afin de pouvoir me mouvoir comme bon me semble. Il est très important pour moi de pouvoir escalader seule un grillage, sauter un mur ou courir lorsque la sécurité et la « ferro » arrive. Que l’on soit un homme ou une femme dans ce monde « graffiti vandale », nous nous devons d’avoir un minimum d’entretien physique. Pour ma part, j’ai plusieurs projets qui nécessitent un bon état physique et une meilleure hygiène de vie. Du coup, je profite de cette période atypique et un peu singulière pour me remettre en forme.

As-tu des projets quand la quarantaine sera finie ? 
Effectivement, j’ai plusieurs projets pour la fin du confinement.  Je vais monter à Paris, bouger sur Marseille, aller avec mon binôme à Vienne, en Espagne, en Allemagne, en Suisse et passer un peu de temps en Hollande. D’ailleurs j’en profite pour remercier mes Partenaires in Crimes : Opinel, Fams, Yene, Dexter, Aïko.  Et merci à toi Lady K pour cette interview.

Je t’en prie, merci pour ce mot de fin, Chika. 

Screenshot_2020-04-26-14-28-08-1

Crédit photographies © Chika

Instagram : https://www.instagram.com/chi_ka_una

Paris Tonkar magazine

⇒ MERCI DE PRÉCISER à partir de quel numéro (celui en cours de commercialisation ou le prochain) vous souhaitez débuter votre ABONNEMENT. Cela est possible dans la case pour laisser un message lors de la finalisation de la commande.

Boutique en ligne : ici.

Vous pouvez payer en ligne (CB sécurisée) OU par CHÈQUE (bancaires et postaux tirés sur des banques françaises) ou BONS ADMINISTRATIFS.

Pour les commandes par CHÈQUE (à l’ordre de i.H.H.C.), il vous suffit d’envoyer votre commande sur papier libre (en précisant bien nom, adresse, durée d’abonnement et/ou ancien[s] numéro souhaité[s]) accompagné du règlement par chèque (à l’ordre de i.H.H.C.) à l’adresse suivante :

PARiS TONKAR magazine / iHHC
Service ABONNEMENTS web
Boîte 41
116, avenue du Général Leclerc
75014 PARIS