RUN COLORZ FESTIVAL – « Une immersion totale »

– La 2ème édition du Graffiti 974 JAM intitulé RUN COLORZ FESTIVAL aura lieu les 12 et 13 décembre prochain à Saint-Louis, Ile de la Réunion.

A cette occasion 40 street-artistes et graffeurs seront unis gratuitement autour d’une même thématique dans l’un des plus beaux spots de graffiti du Sud, l’ancien parc aquatique de Saint-Louis à la Réunion. En plus d’être un tremplin pour les artistes, en étant ouvert à un public inter-générationnel, l’événement comprend une programmation gratuite permettant l’accessibilité et les échanges, avec la découverte et le partage des savoirs vers la valorisation de ces modes d’expression graphiques urbains lors des performances live.

Organisé par l’association Le Graffiti 974 et l’association LORD, le RUN COLORZ Festival veut être un tremplin aux jeunes talents dans une démarche d’expression artistique, passant du graffiti à la peinture, par la danse pour en venir à la musique. Des ateliers d’initiations au graffiti permettront d’animer l’événement auprès des plus jeunes, en créant pourquoi pas de nouveaux futurs talents. Au-delà de ça, l’éthique du mouvement se fonde sur le partage et la transmission. Le RUN COLORZ Festival repose sur un concept simple : être une manifestation culturelle, festive et artistique, organisée dans le but d’offrir au public un panel complet d’activités que représente le mouvement Hip-Hop et de réunir les acteurs de ce milieu. Ce que font déjà l’association Le Graffiti 974 depuis 2011 par sa plateforme web et l’association Lord à La Rochelle depuis 2001.

Au programme :

– Soirée d’ouverture du Festival au Downtown, le jeudi 10 décembre 2020 dès 19h : exposition collective, rencontre artistes, performances live, Mix by DJ.STEW et pleins de surprises !


– RUN COLORZ Festival les 12 et 13 décembre 2020 : grande fresque à thème par 40 artistes, murs libres par jeunes talents et/ou talents méconnus de La Réunion !

Découvrez le line-up 2020 : https://www.graffiti974.com/festival-run-colorz

FESTIVAL INTERNATIONAL DE STREET ART RÉUNION GRAFFITI 2020 #2 – 12 AU 25 OCTOBRE 2020

Réunion Graffiti, du 12 au 25 octobre 2020, à Saint-Denis (Ile de la Réunion)

Le festival international de street art Réunion Graffiti a vu le jour en octobre 2019 grâce à la collaboration entre associations locales, artistes nationaux et internationaux, partenaires institutionnels et privés, mais aussi le précieux soutien de Jean-Raoul Ismaël, collectionneur d’œuvres d’art contemporain et de street art.

Forts du succès rencontré, les organisateurs – l’Association Fat Cap, l’équipe de Jean-Raoul Ismaël et l’artiste Lazoo – ont décidé de produire une deuxième édition.

Le contexte sanitaire mondial dans lequel nous vivons depuis plusieurs mois n’a en rien altéré notre volonté mais nous a obligé à nous questionner.
Cette crise a notamment souligné le besoin de culture en période difficile et a remis en perspective la façon de percevoir notre environnement. Des millions de citoyens confinés ont redécouvert leur quartier, leur espace de vie. Nous avons également appris à respecter de nouvelles règles. Port du masque et distanciation physique font désormais partie de notre quotidien et nous obligent à adapter nos relations sociales. Les événements doivent aussi intégrer ces normes tout en continuant à nous divertir.

Le festival Réunion Graffiti s’est nourri de ces expériences. La programmation 2020 est riche en propositions artistiques tout en s’appuyant sur une approche résolument engagée et citoyenne.

Les murs se feront une fois de plus territoires d’expressions. Ils permettront de laisser une empreinte individuelle et collective sur notre territoire.

Eko LSA
Directeur du festival international de street art Réunion Graffiti

Découvrez toute la programmation du festival
En savoir plus sur le festival : https://reuniongraffiti.re/

AFRO l 100% GRAFFITI, 100% VANDALE

Influencé par les writers parisiens et new-yorkais des années 90, AFRO pratique le graffiti traditionnel à sa sauce à la Réunion après un début sur Paris dans les années 95. Vandale et 100% graffiti, AFRO recouvre les murs de l’île !

Qui es-tu ?
Je suis AFRO, AFRONE, FROA… Artiste Graffiti, avant 2005 je posais FLUT.

Comment as-tu découvert le graffiti ?
Comme beaucoup de monde, en regardant le bord des routes dans les années 80 et également à la TV notamment dans l’émission H.I.P H.O.P. de Sydney[1]. J’ai ensuite atterri à Mantes-la-jolie en 92, en plein essor du Rap. Puis en 95, je me suis retrouvé à Paris, dans un lycée métro Stalingrad, un endroit clé du graffiti (terrains légendaires, magasin Tikaret, une véritable institution dans le hip hop… et j’ai commencé sérieusement l’année suivante en 96.

Parle-nous de ton ou tes crews ?
Je fais partie des KIE depuis mes débuts, et je suis aussi dans le 96PF, un crew récent. KIE a été fondé dans les années 90, j’ai été recruté comme la jeune génération par SKOFE et LOFE.

Le graffiti pour toi c’est quoi ?
Mon point de départ pour beaucoup de chose, apprendre à élaborer et à structurer des projets… C’est surtout une contre-culture, un monde dans le monde. Une sorte d’addiction et de thérapie en même temps.

Plutôt lettrage ou perso ? Pourquoi ?
Les 2. J’étais plutôt Tags et throw-ups, block letters, chromes… Et j’ai, plus tard, fait des pièces colorées. Je fais également des persos.

Pourquoi AFRO ?
C’est un nom que les gars de mon crew m’ont donné. J’ai essayé et les lettres m’ont plu. J’ai donc continué.

As-tu toujours graffé à la Réunion ou tu as aussi voyagé ? Si oui, raconte-nous (les différences, les spots, …)
Alors comme je te l’ai dit plus tôt, j’ai commencé à Paris, ici à la Réunion, c’est très nouveau pour moi. Je n’ai pas vraiment voyagé avec le graffiti mis à part la Belgique, la Suisse, l’Allemagne et la Grande Bretagne… Les Pays-Bas, l’Espagne… OK, j’ai bougé un peu …
Chaque endroit, chaque époque sont très différents. Dur de comparer. Les spots et supports sont sensiblement les mêmes partout ; terrains, rues, roulants…

Pratiques-tu le vandale ? Pourquoi ?
Oui, ça me parait essentiel, écrire son nom c’est la base de cette pratique.

Comment vois-tu l’évolution du graffiti ?
Le graffiti évolue au fil du temps c’est certain : techniques, matériel, infographie. En tout cas je pense que ce mouvement va perdurer… les peintures murales sont éphémères mais parfois intemporelles. Ce qui fera une constante évolution.

Raconte-nous une anecdote/rencontre qui t’as marqué.
A Paris tu rencontres beaucoup de writers, toutes générations confondues. Un jour, je prenais un café rue de Rivoli, il y avait un monsieur plus âgé que moi assis en face de moi, son visage me disait trop quelque chose, je suis allé lui demander si on ne se connaissait… Il me répond avec un accent cainri : “Salut je m’appelle SEEN”, je l’avais vu dans le film “Style War”. Je n’ai pas pensé à lui demander une kasdedi. Legendary allstar.

Une dédicace ? Un dernier mot ?
Big up à tous mes OG’s, ceux qui peignent encore : large up. Une spéciale pour la nouvelle génération qui met l’ambiance !

Aux KIE Crew : LOFE, KLEBS, LIKER, ALCAZ, KOPEA, FLESH, SKOFE, BUENO, GONG, LOMBAR, PARSKE, BAFE N MORE…CISPEO SWC, RUGS THE IRIE, DEKS, MOTYF, SUPANAO, DIAZ, MAKAK, KPTN, ZEMAR, MIAOU… j’en oublie sûrement.

À tous ceux qui me connaissent.
Peace.

[1] H.I.P. H.O.P. était une émission de télévision française diffusée sur TF1, conçue et animée par Sidney, qui a diffusé la culture Hip-hop en France et l’a rendue populaire.

Crédit photo : © AFRO

Mayor Interview

At the junction of letters and characters, Mayor seems to resolve the surrealist conflict taking place between images and words, this group of poets at the base wondering what words or images were born first in the brain. Even if the neurosciences have since answered this question that it is the images, Mayor offers a pacifist compromise to this ancient conflict.

IMG_0250a

Hi, Yiors aka Mayor, you from La Coruña in Spain, you have 31 years and you paint since 2003, your name comes from your surname, did you drawing before?
Yes, I began to paint when I was in Chile. The drawing was always a part of my life.

Did you study art in school?
No.

IMG_0583a

What are you looking for when you create letters? 
It depends on the moment, recently I try to find the simplicity and the best contrast.

Your letters are very singular, what is your inspiration, idea for making that? 
I’m an open-minded person, I’m in a continuously searching for new ideas, the inspiration even comes from washing dishes or go for a walk… I’m searching to add a touch of humor usually including characters with simple, clean, and contrast styles.

IMG_0635a

How was this style?
I try to find the perfect balance between the graffiti and the illustration with my touch of humor and my thoughts and all of this creates my style.

Do you travel to paint?
Yes, whenever I can.

IMG_0905a

Did you live with your art?
It is difficult, there are good times and bad times but that is the objective.

Do you think the letters have specificities in your city and country or everything has been diluted in a great international style?
Some time ago, each city had her own style, a marked style but nowadays social networks and the new forms of communication had done that everything is diluted.

IMG_1092a

If the artwork creates a world and life imitates art more than art imitates life, what kind of world you want your painting impulse?
Colorful and funny world fueled by constancy, love, and sacrifice.

Do you think it is like one chromotherapy for the city where the dominant is monochrome light?
Yes, a grey city is like a lifeless city. Streets need colors, I’m glad to be a part of that culture.

IMG_1613a

Do you think that writing only modifies the space or the mentality of people, and how does it modify it?
In my opinion, I think that is something which helps in the visual appearance from the neighborhood, from the streets and it can give life to the city but not all the people think the same… It’s something that during the years It has come to be accepted.

Do you have some anecdotes?
A lot of them! The last was some months ago. I was in Porto, I was waiting for a man to get out yo the place that I want to paint and when I thought the man was gone, suddenly he starts painting the spot that I wanted.
I have crazy stories, once  The GNR (Portuguese police) pointed a gun at us after a police raid. Another day I was offered 50 € to paint a  shop window because the owner was in debt! Also, another day when I escaped from the police I broke my hand… There are a lot of anecdotes.

IMG_1632a

Do you have a word for the end?
Thanks a lot and don’t stop the party!

IMG_1761 A

Follow him on his Instagram: Mayor

Little walk in Morocco with Mevok

In this world tour of writing, we pass through Morocco to meet Mevok.

IMG_20191207_234320_052

Hi Mevok, you from Tangier in Morocco, you have 29 years, why choose this name?
It’s just I collected the letters I like, no story behind.

Can you tell us how you started to write?
I started scratching 2006/2007 and it was just here in Morocco at the beginning of the scene so it’s was nothing and I continue scratching just for fun until I found my self addicted to this beautiful world.

IMG_20191208_102204_095

Do you draw before?
Yes, some portraits and comics books.

Why do you choose writing?
Cause writing is so creative and so illimitée to progress and discover.

IMG_20190824_181258_635

What you studied in school?
Economics license degree and I’m not working with it cause I want to follow graffiti.

Do you have a crew?
SMC, mean Street Masters Crew, with local writers and it’s since 2017.

IMG_20190805_234722_090

The question of the crew is it important in your city and country?
Not important in Morocco there are few writers so there is not a big scene.

Can you explain how the writing comes to your city?
It was me the first one in Tangier city.

IMG_20180228_152013_958

How do you explain that he arrived so late by rapport in western Europe where he arrived at the beginning of the ’80s for example or in eastern Europe at the end of the ’90s
Graffiti arrived in Morocco and whole arable or Islamic world late cause people are focused on their Islamic or Arabic culture and it is hard to accept anything new even now peoples still don’t accept something coming from outside their culture. And it’s started in Morocco at the beginning of the 2000’s.

How people and authorities see the writing in your city, your country?
Sometimes talks and tell you to stop and sometimes they just let it go because of graffiti here not too much like Europe so there is a bunch of empty walls so they don’t mind if some are painted. It’s Illegal but there is no police for only graffiti so it’s not so dangerous to paint but it still illegal.

IMG_20180710_234728_070

They are many places to paint in your city and the rest of your country?
Yes, there is a lot of empty walls over here.

What are you looking for when you create letters?
I look nothing I’m feeling if my feelings are bad the letters are shit and if am happy the Graff is lit and dope. For me graffiti it with Latin letters you can make it with Arabic or Chinese but the original one is Latin.

IMG_20180609_182725_943

What are your inspirations?
Wildstyle and typography and all styles honestly.

How we can define is letters are good or not?
First thing if the letters follow the basics and then it’s OK for me.

IMG_20190427_231735_993
You spend a lot of time drawing with paper or digital?
Paper for sure digital it just in this last year.

What the digital change and bring at your work?
Digital makes sketching easier for coloring and does effects but for flowing the letters I prefer papers.

IMG_20180527_180341_349
Do you live with your art?
I’m trying to yes even it’s hard.

If the artwork creates a world and life imitates art more than art imitates life, what kind of world you want your painting impulse?
Art imitates life cause there is a lot of things in life to get inspired from.

IMG_20180217_104712_809

Do you have some anecdotes to tell us?
There is a lot but I tell you one time we were painting and the police catch us and they took us to the police station than one policeman told us you’re the guys of the jet ski.

Do you have a word for the end?
For now, graffiti is my life, my wife, my friends, and my parents who take care of me. Emotionally and all and I love graffiti so much.

IMG_20180903_161727_470 (2)

Follow him on his Instagram: Mevok

Paris Tonkar magazine

⇒ MERCI DE PRÉCISER à partir de quel numéro (celui en cours de commercialisation ou le prochain) vous souhaitez débuter votre ABONNEMENT. Cela est possible dans la case pour laisser un message lors de la finalisation de la commande.

Boutique en ligne : ici.

Vous pouvez payer en ligne (CB sécurisée) OU par CHÈQUE (bancaires et postaux tirés sur des banques françaises) ou BONS ADMINISTRATIFS.

Pour les commandes par CHÈQUE (à l’ordre de i.H.H.C.), il vous suffit d’envoyer votre commande sur papier libre (en précisant bien nom, adresse, durée d’abonnement et/ou ancien[s] numéro souhaité[s]) accompagné du règlement par chèque (à l’ordre de i.H.H.C.) à l’adresse suivante :

PARiS TONKAR magazine / iHHC
Service ABONNEMENTS web
Boîte 41
116, avenue du Général Leclerc
75014 PARIS