Étiquettes

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

1986-1989 : c’est la première explosion de ce phénomène. Le métro, en effet, commence à être « ravagé », surtout les lignes 13 et 4. Les CTK se mettent à faire les couloirs de certaines stations et ce, avec l’aide précieuse des NTM.

Littéralement cartonnée à partir de la fin des années 1980, la capitale française deviendra alors européenne. Allant jusqu’à intriguer outre-atlantique par son vandalisme et sa créativité, Paris avait frappé fort. Collant au mieux à l’esprit de l’époque, la sortie de « Paris Tonkar » en 1991 en fera le premier ouvrage entièrement consacré au tag et graffiti à Paris. Ce livre culte avait brillamment retranscrit l’éclat de ce milieu durant les années 1987 à 1991. Nous en reproduisons ci-dessous une partie consacrée à l’historique du tag avec l’autorisation de l’auteur, Tarek Ben Yakhlef, que nous saluons au passage.

Tags à Paris au début des années 90

Tags à Paris au début des années 90

 

D’horizons divers ces jeunes ont tous une même passion, le plaisir d’écrire, et une même envie, être reconnus par leurs pairs. La communication au sein de ce groupe est à la fois murale et orale. Les exploits, en effet, se transmettent de bouche à oreille jusqu’à la déformation absolue de la réalité créant parfois des situations compliquées. (toyage, bagarre, …) Pour comprendre l’esprit et les motivations des tagueurs il faut tout d’abord envisager leur évolution dans le temps et dans l’espace, tout en expliquant par la suite les ruses et les techniques employées dans la tentative d’exploits toujours plus dangereux.

Suite de l’article : Paris Tonkar : historique du tag (1991) » DWT » DWT Magazine.